Quelle est l'ampleur de l'épidémie au Brésil?

Alors que le président brésilien, Jair Bolsonaro, ne cesse de relativiser l’ampleur de la pandémie, de critiquer les mesures de confinement et d’appeler à une relance rapide de l’économie, le nombre de cas de COVID-19 est toujours en forte augmentation dans le pays.

Le Brésil vient d’enregistrer 1179 morts supplémentaires au cours de la dernière journée, portant le bilan à 17 983 décès depuis le mois de mars. Le Brésil est devenu le troisième pays au monde pour ce qui est du nombre de contaminations, derrière les États-Unis et la Russie, selon les données du ministère de la Santé. Pire: le pic n’est attendu qu’en juin dans ce pays qui recense plus de la moitié des cas confirmés en Amérique latine et dans les Caraïbes.
Photo: Données recensées par Wikipédia

De nombreux experts considèrent toutefois que les chiffres ministériels, qui rapportent 271 885 cas d’infection, seraient très largement sous-estimés, puisque le pays manque cruellement de tests. Et bien que les unités de soins intensifs des hôpitaux des États de São Paulo, de Rio de Janeiro ou du Pernambouc soient très proches de la saturation, le président d'extrême droite Jair Bolsonaro ne cesse d’appeler à une reprise du travail, au nom de la préservation de la première économie d’Amérique latine, désormais promise à une grave récession.

Confronté à une crise qui prend de l’ampleur, le ministère brésilien de la Santé a par ailleurs recommandé mercredi, pour les patients légers, l’usage de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine, jusqu’ici réservé aux cas graves. Cette recommandation a été faite dans un document du ministère, dont le titulaire, Nelson Teich, avait démissionné le 15 mai en raison de fortes pressions du président Jair Bolsonaro, convaincu des effets — à ce jour non scientifiquement prouvés — de la chloroquine pour lutter contre la pandémie.