Bolsonaro envoie un imitateur pour déjouer les médias

Relooké à la Bolsonaro et affublé de l’écharpe présidentielle, l'humoriste Marvio Lucio avait en main un régime de bananes qu’il comptait distribuer aux journalistes.
Photo: Photo tirée de la page Facebook de Marvio Lucio Relooké à la Bolsonaro et affublé de l’écharpe présidentielle, l'humoriste Marvio Lucio avait en main un régime de bananes qu’il comptait distribuer aux journalistes.

Un invité surprise a fait irruption mercredi au point presse quotidien du président brésilien, Jair Bolsonaro, flanqué d’un imitateur qui lui a permis d’esquiver des questions embarrassantes des journalistes. Tous les matins, le chef de l’État a l’habitude d’aller à la rencontre de ses admirateurs et de répondre aux questions de la presse devant sa résidence officielle du palais de l’Alvorada, à Brasília. Mais mercredi, c’est un humoriste relooké à la Bolsonaro et affublé de l’écharpe présidentielle qui est descendu en premier d’une voiture noire ressemblant à un véhicule officiel.

Marvio Lucio, qui travaille à TV Record, une chaîne qui appartient à un influent pasteur évangélique soutien du gouvernement, avait en main un régime de bananes qu’il comptait distribuer aux journalistes. Une allusion à la « banana », terme désignant au Brésil un bras d’honneur, que Jair Bolsonaro a adressé, dans le sens propre du terme, à la presse à plusieurs reprises ces dernières semaines. Goûtant peu cette plaisanterie, les journalistes n’ont pas accepté de prendre les fruits.

Quand le vrai Bolsonaro est arrivé, les journalistes ont commencé à lui poser des questions sur les chiffres de la croissance publiés mercredi, montrant un ralentissement de l’économie lors de la première année de son mandat. Au lieu de répondre, le président a désigné son alter ego qui a déclaré : « c’est quoi le PIB ? Paulo Guedes, Paulo Guedes », citant le nom du ministre de l’Économie.

Cette scène surréaliste a été retransmise en direct sur le compte Facebook officiel du chef de l’État, alors que le gouvernement a publié mardi une charte avec des directives censées protéger la presse contre tout type d’intimidation. Jair Bolsonaro a multiplié les attaques contre la presse ces dernières semaines.