Au Venezuela, Juan Guaidó tente de ranimer la flamme

<p>Juan Guaidó est reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays, dont les États-Unis.</p>
Photo: Cristian Hernandez Agence France-Presse

Juan Guaidó est reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays, dont les États-Unis.

Le dirigeant de l’opposition vénézuélienne Juan Guaidó, fraîchement réélu président du Parlement, convoque jeudi et vendredi des « assemblées citoyennes » dans l’espoir de revigorer le mouvement de protestation contre Nicolas Maduro qui a décliné ces derniers mois.

Ces assemblées doivent débuter à 18 h (13h au Québec) en présence de députés d’opposition alliés de Juan Guaidó, qui tente sans succès d’évincer le président socialiste depuis un an. Lui-même ne compte pas y participer, selon son service de communication.

« Nous avons besoin de tout le monde pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés pour arriver à un Venezuela libre », a écrit sur Instagram Manuela Bolivar, une députée de Voluntad popular (Volonté populaire), le parti de Juan Guaidó.

Outre ces « activités populaires » prévues jeudi et vendredi, Juan Guaidó a appelé à une manifestation samedi et à une marche en direction du Parlement, dans le centre de Caracas, mardi.

L’opposant tente de redonner corps au mouvement de protestation anti-Maduro du début de l’année dernière, lorsque des dizaines de milliers de Vénézuéliens manifestaient dans les rues de Caracas et d’autres grandes villes du pays sud-américain. Ces derniers mois, ses appels à protester n’attirent plus que quelques milliers de ses partisans.

Juan Guaidó a été reconduit dimanche par cent députés d’opposition à la tête de l’Assemblée nationale. Il se prévaut de cette fonction pour revendiquer depuis un an la présidence par intérim du Venezuela, estimant que Nicolas Maduro « usurpe » la fonction en raison de la présidentielle « frauduleuse » de 2018.

Juan Guaidó est reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays, dont les États-Unis.

Il a prêté serment mardi comme président du Parlement depuis l’hémicycle en parvenant à forcer le passage que lui bloquaient les forces de l’ordre devant le bâtiment, où un rival d’opposition, Luis Parra, présidait une séance.

Lorsque Juan Guaidó a atteint le perchoir, Luis Parra, qui revendique aussi la présidence du Parlement unicaméral, avait quitté les lieux.