Arpenter le corridor de la sécheresse

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir
Le Devoir a parcouru en septembre le bien-nommé « couloir de la sécheresse » en Amérique centrale, du Guatemala au Honduras en passant par le Salvador. Parce qu’aux causes entendues et entremêlées de la migration centraméricaine vers le nord — violence, chômage, corruption — s’en greffe une autre, de plus en plus déterminante : la crise climatique, qui frappe de plein fouet le monde rural.

Cliquez ici pour visiter cette large bande côtière considérée comme l’une des régions du monde les plus vulnérables aux changements climatiques.

Consultez la suite du dossier