Cajun ou cadien?

Ils étaient Acadiens lorsqu’ils sont arrivés en Louisiane à la fin du XVIIIe siècle, après le Grand Dérangement. Depuis, ils sont devenus tour à tour Cadins, Cadjins, Cajuns, Acadjins, Kajuns, Canajins, selon la langue et l’identité de ceux qui les désignent.

Les Franco-Louisianais adoptent de plus en plus le mot « cadien » pour s’identifier. Mais Jacques Henry, sociologue de l’Université Lafayette, avait recensé une vingtaine de désignations en 1998.

Partout en Louisiane, le mot « cajun », qui est en fait une déformation de « cadien » prononcé à l’américaine, demeure utilisé. Les Ragin’ Cajuns forment l’équipe omnisports de l’Université de Louisiane, et la sauce cajun promet de mettre un peu d’épices typiquement louisianaises dans votre gombo.

Loin de l’Europe et du Canada français, le français louisianais a évolué au rythme de son oralité et de ses métissages au fil des siècles. « Quoi faire ? » demandent-ils souvent pour dire « pourquoi ? ». Certaines paroisses ont développé leur propre lexique. À Bayou Lafourche, on dit « chadek », dérivé du créole, pour pamplemousse, alors que partout ailleurs on dit grapefruit. Dans le delta du Mississippi, on dit « caïman » pour un alligator, alors qu’on dit « cocodri » ou « cocodril » dans les autres régions de l’État.

Le mot « bayou » serait dérivé de l’Amérindien choctaw bayuk, pour rivière, comme le mot « chaoui », qui désigne un raton laveur.

Chercheuse indépendante, Amanda Lafleur a recensé une série d’expressions louisianaises dans son livre Tonnerre mes chiens !, publié aux Éditions Le Tintamarre. « Tonnerre mes chiens ! » est une sorte d’équivalent du « maudit ! » québécois, ou du « zut ! » français. Professeure à l’Université d’État de Louisiane, elle a aussi participé à la rédaction d’un dictionnaire du français louisianais, et donne régulièrement des conférences sur le sujet. Elle raconte notamment que dans les paroisses d’Avoyelles, d’Évangéline, ou de Bayou Lafourche, on utilise « qui » à la place de « quoi ». On peut dire « qui tu veux manger ce soir ? », plutôt que « quoi tu veux manger ce soir ? », comme on le dit ailleurs en Louisiane.

Lointaines parentés

Au fil de ses recherches, le poète Kirby Jambon a découvert des parentés de mots entre le français louisianais et le Glossaire des vieux parlers poitevins dressé par Robert Mineau et Lucien Racionoux. On y dit « abe », pour arbre, « souris-chaude » pour chauve-souris, mais aussi de nombreux mots fréquents dans le parler québécois, dont « quèque » pour quelque, « désabrier », pour mettre à découvert, « débarrer » pour déverrouiller, ou « trempe » pour mouillé.

Photo: Marie-France Coallier Le Devoir

D’autres mots pourraient fourvoyer le visiteur non averti. En Louisiane, on dit fréquemment les « commodes » pour les toilettes, alors que la « toilette » est un tiroir où l’on dépose les accessoires de toilette, les parfums ou la lingerie fine, raconte Kirby Jambon. Ne pas confondre ! On dit aussi ici « essence » pour parfum.

Et quand on rencontre quelqu’un à la campagne, on dit parfois « comment ça plume ? » pour dire « comment ça va ? ». C’est une expression liée à l’activité de plumage des volailles. « Ce à quoi on peut répondre “ça plume joliment !” », poursuit Kirby Jambon.

En 1976, Revon Reed, à qui on attribue la renaissance de la littérature cadienne, a fait école avec son livre Lâche pas la patate. Portrait des Acadiens de la Louisiane, publié aux Éditions Partis Pris. Il y explique que l’on dit « froumi » plutôt que fourmi, « fremer » pour fermer, « haller » pour tirer, ou « zozo » pour oiseau.

Quelques expressions cadiennes...

Comment ça plume ?
Comment ça va ?

Un zozo
Un oiseau

Une ratatouille
Une querelle entre mari et femme

Tonnerre mes chiens !
Maudit!

Quoi faire ?
Pourquoi ?

Les commodes
Les toilettes 

Il cite aussi un « ratatouille » pour une querelle entre mari et femme, un « trembalisement » pour une grande surprise, ou un « chambonhourra » pour une fête joyeuse. Le mot « gaboo », dit-il, peut vouloir dire manger ou voler dans le sens de subtiliser. On peut donc dire « il a gaboo son vin », comme « il a gaboo son portefeuille », selon le cas.

Quant à la célèbre expression « lâche pas la patate », elle proviendrait initialement d’une danse folklorique au cours de laquelle deux partenaires devaient faire tenir une pomme de terre entre leurs fronts sans l’échapper. Les Louisianais l’utilisent pour dire « tiens bon », « ne laisse pas tomber ». C’est aussi le thème d’une célèbre chanson cajun country de Jimmy C. Newman. « Les haricots sont pas salés » est une façon de dire qu’on n’a pas d’argent. L’expression a aussi donné son nom au zydeco, une musique aux origines cadiennes qui a intégré le blues et le rythm’n’blues créole dans les années 1930.

Ce reportage a été financé grâce au soutien du Fonds de journalisme international Transat–Le Devoir.

Consultez la suite du dossier

Cajun ou cadien?

Cajun ou cadien?

Le français de Louisiane a évolué au rythme de ses métissages.