Chelsea Manning refuse toujours de coopérer à l’enquête Assange

Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Chelsea Manning

États-Unis— L’ancienne analyste militaire américaine Chelsea Manning a déclaré dimanche qu’elle n’était toujours pas disposée à répondre aux questions de la justice des États-Unis sur le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, même si ce refus risque de la renvoyer en prison. Chelsea Manning avait été renvoyée derrière les barreaux le 8 mars pour « outrage à la justice » parce qu’elle refusait de témoigner devant un grand jury constitué pour enquêter sur Julian Assange. Elle a été libérée jeudi pour une raison technique, mais un nouveau collectif de citoyens tirés au sort vient d’être constitué pour poursuivre l’enquête et l’a convoquée à nouveau pour le 15 mai. « Je n’ai rien de nouveau à dire » et « je n’aime pas le secret qui entoure les grands jurys », a-t-elle déclaré à CNN.