Nouvelle panne d’électricité générale au Venezuela

<p>Depuis le 7 mars, les coupures d’électricité ont été sporadiques au Venezuela, affectant notamment les services de distribution d’eau, les transports et les réseaux de téléphone et Internet.</p>
Photo: Federico Parra Archives Agence France-Presse

Depuis le 7 mars, les coupures d’électricité ont été sporadiques au Venezuela, affectant notamment les services de distribution d’eau, les transports et les réseaux de téléphone et Internet.

La capitale Caracas et une grande partie du Venezuela ont été à nouveau plongées dans le noir dans la nuit de mardi à mercredi en raison d’une nouvelle panne d’électricité, selon l’AFP et des témoignages publiés sur les réseaux sociaux.

Cette nouvelle panne d’électricité, la plus importante depuis une semaine, s’est déclarée à 23 h 20, touchant une grande partie de la capitale ainsi que des zones importantes d’au moins 20 des 23 états du Venezuela, dont Vargas, Miranda, Aragua, Carabobo, Cojedes (centre), Lara, Zulia (ouest) et l’île de Margarita, selon les mêmes sources.

Une heure plus tard, la lumière commençait à revenir dans certains quartiers de Caracas, a constaté l’AFP.

Ni le gouvernement, ni la compagnie nationale d’électricité Corpoelec n’ont apporté d’explication à cette panne générale, alors que l’opposant Juan Guaidó a appelé pour mercredi à des manifestations pour protester contre les défaillances des services publics.

« L’état-major électrique (l’instance mise en place par le régime pour faire face aux crises de l’électricité) travaille au rétablissement du service électrique », a seulement indiqué la télévision publique VTV, deux heures après la panne.

Entre-temps, le site Web Netblock.org, qui contrôle la distribution d’électricité, avait indiqué que le courant ne parvenait qu’à 10 % du pays.

Depuis le 7 mars et une méga-panne qui avait laissé presque tout le pays dans l’obscurité pendant cinq jours, les coupures d’électricité ont été sporadiques au Venezuela, affectant notamment les services de distribution d’eau, les transports et les réseaux de téléphone et Internet.

Le gouvernement du président Nicolás Maduro attribue ces pannes à des « attaques électromagnétiques, cybernétiques et physiques » contre la centrale hydroélectrique de Guri, qui produit 80 % de l’énergie du pays. Il accuse les États-Unis d’être derrière ces attaques dans le but de déstabiliser le régime.

Habituellement, les pannes d’électricité sont néanmoins courantes dans le pays et généralement attribuées par l’opposition et des experts au délabrement général des installations techniques.

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière un plan de rationnement de l’électricité qui ne concernait pas la capitale, après avoir déjà pris des mesures de restriction en décrétant des journées chômées, y compris dans des écoles.

L’opposant Juan Guaidó, reconnu par une cinquantaine de pays comme président par intérim, a appelé le pays à manifester mercredi à l’occasion d’une « Opération Liberté » contre le régime du président Maduro.

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit également examiner mercredi la situation au Venezuela, à la demande des États-Unis.