Venezuela: l’Assemblée constituante lève l’immunité de Juan Guaidó

Le chef du Parlement vénézuélien, Juan Guaidó (au centre)
Photo: Federico Parra Agence France-Presse Le chef du Parlement vénézuélien, Juan Guaidó (au centre)

L’Assemblée constituante vénézuélienne a levé mardi l’immunité et autorisé des poursuites pénales pour usurpation de fonctions contre le chef du Parlement Juan Guaidó, reconnu comme président par intérim par plus de 50 pays.

L’Assemblée constituante a voté à l’unanimité pour « autoriser la continuation des poursuites pénales engagées contre le député » d’opposition Juan Guaidó devant la Cour suprême, a annoncé le président de cette institution Diosdado Cabello.

Tant la Cour suprême (TSJ) que l’Assemblée constituante sont jugées comme acquises au pouvoir du chef de l’État socialiste Nicolas Maduro par l’opposition, tous leurs membres ayant été désignés par le chavisme, du nom du défunt Hugo Chavez (1999-2013).

Avant même ce vote, M. Guaidó avait dit redouter d’être arrêté par les autorités. « Ils peuvent essayer de m’enlever », avait-il déclaré.

« Vous savez comment agit le régime. Ce n’est même plus de la persécution, c’est l’inquisition », avait estimé le député de centre droit.

L’Assemblée constituante et la Cour suprême « n’ont pas la qualité pour perquisitionner ou lever l’immunité, il faut dire les choses comme elles sont », avait-il souligné.

Le 29 janvier la Cour suprême a ouvert une enquête contre M. Guaidó, 35 ans, sous l’accusation d’avoir usurpé les fonctions du président Maduro, qui l’avait à son tour accusé d’avoir planifié une attaque contre lui.

« Nous agissons sur la base de la Constitution », a dit M. Cabello, également numéro 2 du parti au pouvoir, en clôturant les travaux de l’Assemblée qu’il dirige.

Les États-Unis ont déjà mis en garde Caracas à plusieurs reprises contre toutes représailles à l’encontre de celui qu’ils considèrent comme le chef de l’État légitime du Venezuela.

Ce rebondissement intervient alors que le président Nicolas Maduro et son principal opposant se disputent le pouvoir depuis le début de l’année, dans un Venezuela exaspéré par des pannes de courant à répétition et le manque d’eau courante.