Des migrants forcent la frontière à Tijuana

Des migrants venant d'Amérique centrale ont tenté de franchir illégalement la frontière américaine dimanche.
Photo: Pedro Pardo Agence France-Presse Des migrants venant d'Amérique centrale ont tenté de franchir illégalement la frontière américaine dimanche.

Après la tentative avortée de quelque 500 migrants pour franchir illégalement la frontière américaine à Tijuana, le ministère de l’Intérieur mexicain a averti qu’il entendait expulser « immédiatement les personnes qui ont participé à ces faits violents ».

Les gardes-frontières américains ont brièvement fermé leur frontière au sud de la ville californienne de San Diego

Ces Centraméricains, parmi lesquels des femmes et des enfants, qui participaient à une manifestation pacifique aux abords de la frontière, se sont dirigés vers la barrière métallique de délimitation et ont tenté d’entrer en force aux États-Unis. Ils ont été repoussés par les forces de l’ordre américaines.

Après avoir franchi la barrière métallique, les migrants ont reçu des gaz lacrymogènes tandis que des hélicoptères de l’armée américaine survolaient la frontière à basse altitude, entrant même brièvement dans l’espace aérien mexicain.

Tentant de se protéger le visage avec leur chandail, la plupart des migrants ont dû rebrousser chemin, tandis que quelques-uns ont poursuivi en direction d’une seconde barrière, surmontée de barbelés, derrière laquelle des gardes-frontières américains se mobilisaient pour freiner leur progression.

« On nous avait dit que si on passait, ils nous donneraient l’asile, parce qu’on serait aux États-Unis », a relaté à l’AFP Flor Jimenez, une mère de famille hondurienne âgée de 32 ans.

Les autorités n’ont pas confirmé si certains migrants étaient parvenus ou non à pénétrer sur le sol américain.

La mairie de Tijuana a indiqué que 24 Honduriens et 15 Mexicains avaient été détenus après ces incidents. En fin de journée, des forces antiémeutes mexicaines ont été déployées en certains points stratégiques de la ville.

Le président Donald Trump a menacé ces derniers jours de fermer totalement la longue frontière entre les États-Unis et le Mexique si la situation devait dégénérer, alors que 9000 militaires américains y ont été déployés.

Environ 5000 migrants de la caravane sont arrivés cette semaine à Tijuana, après avoir parcouru plus de 4000 kilomètres en un peu plus d’un mois dans l’espoir d’une vie meilleure.