La Colombie se dit incapable de faire face seule à l’afflux de migrants vénézuéliens

Bogotá — La Colombie n’a pas la capacité de faire face seule à l’arrivée de dizaines de milliers de migrants vénézuéliens fuyant leur pays en crise, a déclaré mardi le chef de la diplomatie colombienne Carlos Holmes Trujillo, qui a appelé à une réponse internationale. Parmi les mesures que le gouvernement colombien appelle de ses voeux : la création d’un fonds multilatéral d’urgence et la désignation d’un haut fonctionnaire des Nations unies pour coordonner les actions des pays d’Amérique latine. « Il s’agit d’un problème qui nous affecte particulièrement en tant que pays, mais c’est une crise qui concerne toute la région, eu égard à l’ampleur de cet afflux », a ajouté le ministre Trujillo. La Colombie, qui partage 2200 kilomètres de frontière avec le Venezuela, a reçu ces dernières années plus d’un million de personnes en provenance de ce pays, dont 820 000 ont régularisé leur situation.