Des Canadiens manifestent contre la séparation des familles aux États-Unis

Plus d’une dizaine de manifestations ont été organisées aux quatre coins du pays, dont une à Halifax.
Photo: Stacey Gomez La Presse canadienne Plus d’une dizaine de manifestations ont été organisées aux quatre coins du pays, dont une à Halifax.

Toronto — Plusieurs manifestations se sont déroulées partout au Canada, samedi, afin de dénoncer la politique des États-Unis entraînant la séparation des familles qui traversent illégalement la frontière américano-mexicaine.

Alexandra Vaz, qui a organisé le rassemblement devant le consulat américain à Toronto, a confié avoir décidé de passer à l’action parce que, en tant que mère d’une petite fille, elle ressentait beaucoup de frustration relativement à ce qui se passe aux États-Unis.

« Quand on est témoin de quelque chose qui est mal, on est l’obligation morale d’agir et de montrer que ce ne sera pas toléré », a commenté Mme Vaz.

Le président américain, Donald Trump, a récemment ordonné que les familles ne soient plus séparées, mais les autorités estiment que 2000 enfants n’ont toujours pas été ramenés à leurs parents.

Le message que voulaient exprimer les manifestants de Toronto samedi était clair : les membres d’une même famille doivent rester ensemble.

Laura Prado, une Urugayenne arrivée au Canada en 1986, a déclaré qu’elle ne pouvait pas supporter l’idée d’être séparée de son enfant.

Elle a été horrifiée d’entendre un enregistrement des enfants en détention réclamer leurs parents.

« C’était cruel et inhumain, mais ce qui m’a le plus choqué c’est que tout ça était fait publiquement », observe Mme Prado.

« Si on ne dit rien, les choses vont s’aggraver. Nous avons cinq petits-enfants et nous nous inquiétons pour leur avenir », a confié John, un manifestant qui a fait le trajet de Barrie à Toronto avec sa femme.

Plus d’une dizaine de manifestations avaient été organisées dans plusieurs villes au pays, dont Toronto, Halifax, Ottawa et Vancouver.

Tout au long de la manifestation, la pile d’animaux en peluche a continué de prendre de l’ampleur. Ces jouets représentaient les enfants séparés de leur famille et détenus aux États-Unis. Les peluches faisaient toutes face au consulat américain.

Pour certains manifestants, le drame qui se joue au sud de la frontière a des échos jusqu’ici.

« J’ai grandi avec certains traumatismes moi-même et voir ces enfants m’a replongée dans le passé, témoigne Amy Miranda, qui a pris part à l’organisation. C’est douloureux et ça brise le coeur, de nombreuses personnes ont la nausée et c’est ce qu’on devrait ressentir. C’est une crise humanitaire, pas de la politique. »

Plusieurs manifestants un peu partout au pays ont souligné le fait que le Canada aussi a séparé de nombreuses familles à travers son histoire et qu’il continue de le faire.

À Halifax, la militante Masuma Khan, s’est rappelée l’arrivée de sa famille qui a immigré d’Afghanistan il y a quelques décennies. « Je n’arrive pas à imaginer ce que ç’aurait été d’être séparé de mes parents », dit-elle.

« Mais la réalité c’est que ce pays a séparé des enfants de leurs parents autochtones depuis sa création », soutient Mme Khan en citant l’exemple de la rafle des années 1960.