Le Parlement se fait confisquer ses pouvoirs

La Constituante, contestée et élue fin juillet dans le sang, s’est attribuée les pouvoirs.
Photo: Frederico Parra Agence France-Presse La Constituante, contestée et élue fin juillet dans le sang, s’est attribuée les pouvoirs.

Le Parlement vénézuélien, seule institution contrôlée par l’opposition, a été privé vendredi de la majorité de ses pouvoirs par l’Assemblée constituante, qui poursuit ainsi la reprise en main du pays amorcée par le président socialiste Nicolas Maduro.

Élue fin juillet dans le sang et contestée par une grande partie de la communauté internationale, la Constituante, assemblée de 545 membres tous issus du chavisme — le courant au pouvoir, du nom du défunt Hugo Chávez, président de 1999 à 2013 — s’est attribué l’essentiel des pouvoirs du Parlement.

Son initiative marque un nouvel épisode dans la grave crise politique secouant le Venezuela, où les manifestations exigeant le départ du chef de l’État élu en 2013, sur fond de naufrage économique, ont fait 125 morts depuis le 1er avril.

Les protestations avaient justement démarré quand la Cour suprême, institution réputée proche du président, s’était arrogé fin mars les pouvoirs du Parlement avant de faire volte-face 48 heures plus tard face au tollé soulevé dans le pays et à l’étranger.

Cette fois, dans un décret officiel, l’Assemblée constituante dit « assumer le pouvoir de légiférer sur les sujets visant directement à garantir la préservation de la paix, la sécurité, la souveraineté, le système socio-économique et financier, les biens de l’État et la primauté des droits des Vénézuéliens ».

Cette décision, qui inclut le pouvoir de dicter des lois, a été prise lors d’une séance à laquelle la commission de direction du Parlement avait été citée à comparaître, ce qu’elle a refusé.

Le décret rappelle que « tous les organes du pouvoir public sont subordonnés à l’Assemblée nationale constituante ».

« Nous n’allons pas permettre plus de détournements du pouvoir ! […] La Constituante est arrivée pour mettre de l’ordre ! » a lancé vendredi la présidente de cette assemblée, l’ex-ministre des Affaires étrangères Delcy Rodriguez, avant de lire le décret.

Contestation

Le Parlement a immédiatement contesté cette décision, affirmant que la Constituante « est nulle et ses actes illégaux et anticonstitutionnels ». « La décision d’annulation ne sera pas appliquée par l’Assemblée nationale, la communauté internationale, ni le peuple », a ajouté l’institution sur son compte Twitter.

Le Parlement a obtenu le soutien de l’Organisation des États américains. Son secrétaire général, Luis Almagro, a déclaré « illégitime et inconstitutionnelle » la décision de l’Assemblée constituante et a demandé une réunion d’urgence de l’OEA.

Le président Maduro est resté sourd jusqu’ici à toutes les critiques et mises en garde venues de l’étranger.

Delcy Rodriguez a nié qu’il s’agissait d’une dissolution du Parlement, qui selon elle garde certains pouvoirs.

Dans une lettre ouverte, la direction du Parlement avait rappelé plus tôt qu’elle ne reconnaissait pas « l’Assemblée nationale constituante frauduleuse, ses mandats et tous les actes émanant d’elle ».

1 commentaire
  • Rodrigo J. Mendoza T. - Abonné 19 août 2017 12 h 00

    Encore une mascarade

    Faudra-il- rappeler que l'ainsi dite assamblée constituante a été élue par une portion exiguë du corps électoral (les chiffres officielles ayant été objectées par le propre organe technique du régime, l'entreprise Smarmatic), tandis que l'oposition a obtenu une majoritée qualifiée dans l'Assamblée Nationale?. Et il y a toujours des aveugles (ou des cyniques) qui invoquent la souveraineté.

    Combien durera encore la pantomime?. Le coté ridicule du régime est seulement dépassé par la tragédie de la mort d'un pays, à faim et à sang.