Mexique: le «SOS» des journalistes

Morelia — Des journalistes mexicains ont protesté mercredi à coups de « SOS » contre la mort d’un de leurs collègues, le sixième tué cette année au Mexique. Des collègues de Salvador Adame ont peint sur le sol en lettres géantes « SOS Presse » à Mexico, ainsi que dans le Michoacán où le journaliste a été enlevé et tué, et dans six autres États du pays. « L’idée est d’éveiller les consciences sur la situation de vulnérabilité dans laquelle nous nous trouvons tous, photographes, cameramans, éditeurs, rédacteurs, tous journalistes », a expliqué Enrique Castro, qui a organisé la manifestation à Morelia, la capitale de l’État du Michoacán (ouest). M. Adame a été enlevé par des hommes armés le 18 mai dans la localité de Nueva Italia. Les autorités ont annoncé lundi avoir retrouvé son corps carbonisé le long d’une route. Le procureur de l’État du Michoacán a avancé que le probable mobile était un différend « personnel ». La famille et les collègues du reporter ont condamné ces affirmations et demandé à ce que l’enquête se concentre sur l’hypothèse d’un crime lié à son activité journalistique.