L’armée soutient Maduro avant une grande manifestation

Coiffé d’une casquette militaire, le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a remercié les forces armées pour leur «loyauté inconditionnelle». 
Photo: Federico Parra Agence France-Presse Coiffé d’une casquette militaire, le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a remercié les forces armées pour leur «loyauté inconditionnelle». 

À deux jours d’une nouvelle grande manifestation de l’opposition, le président socialiste du Venezuela, Nicolas Maduro, a reçu lundi le soutien « inconditionnel » de l’armée, acteur incontournable du jeu politique dans ce pays en crise politique et économique.

« Les forces armées nationales bolivariennes […] ratifient leur loyauté inconditionnelle envers monsieur le président », a assuré le chef des armées et ministre de la Défense, Vladimir Padrino Lopez, lors d’un rassemblement de milliers de membres de la milice civile, organisé en présence de M. Maduro, face au palais présidentiel de Miraflores, à Caracas.

M. Maduro est un « président véritablement chaviste [du nom de l’ancien président Hugo Chávez, 1999-2013] que les forces armées admirent profondément », a affirmé le général Padrino Lopez, balayant ainsi les fissures apparues ces dernières semaines dans le clan présidentiel, générale de la Nation.

Coiffé d’une casquette militaire, Nicolas Maduro a remercié pour cette marque de confiance de l’armée : « La loyauté se paie avec de la loyauté », a-t-il lancé face aux miliciens qui l’ovationnaient.

Cette force civile armée, créée par M. Chávez en 2010, compterait 500 000 membres aujourd’hui.

Peu avant, le chef de l’État avait annoncé le déploiement de soldats dans tout le pays, en amont d’une nouvelle manifestation d’opposants le 19 avril — mercredi — date anniversaire de la révolution de 1810 qui a conduit à l’indépendance du Venezuela.

C’est aussi la date choisie par l’opposition, majoritaire au Parlement, pour appeler à « la mère de toutes les manifestations » afin d’exiger des élections anticipées. Le gouvernement appelle pour le même jour à « la marche des marches », laissant craindre de nouvelles échauffourées.

Fini le temps des traîtres, des trahisons, fini le temps des hésitations; que chacun se définisse : on est avec la patrie ou on est contre elle

 

Colère antichaviste

Depuis début avril, une vague de manifestations antichavistes, émaillées de violents heurts avec la police ayant fait cinq morts et des centaines de blessés, est organisée à travers le Venezuela dans le but de mobiliser la population, étranglée par la crise économique de ce pays pétrolier ruiné par la chute des cours du brut.

L’opposition promet que la manifestation de mercredi sera « le début de la fin » pour le chavisme, qu’elle souhaite voir éjecté du pouvoir, unique moyen, selon elle, de sortir de la crise politique et économique.

L’armée au Venezuela — 165 000 hommes et 25 000 réservistes — est un acteur crucial du rapport de force politique, comme le reflète son poids au sein du gouvernement : sur 32 ministères, 11 sont dirigés par des militaires ou d’anciens militaires.

L’opposition l’accuse d’être l’unique soutien assurant le maintien au pouvoir du chavisme.