Le scandale Petrobras va dépasser les frontières du pays

Vladimir Aras, procureur chargé de l'enquête internationale
Photo: Evaristo Sa Agence France-Presse Vladimir Aras, procureur chargé de l'enquête internationale

L’enquête sur le scandale de corruption Petrobras au Brésil va dépasser les frontières du pays, a déclaré lundi le procureur chargé du volet international de cette affaire, Vladimir Aras.

Déclenchée en 2014, l’enquête tentaculaire « Lavage Express » a mis en lumière un système de corruption que les groupes brésiliens de bâtiment, dont Odebrecht, avaient monté pour truquer les marchés de sous-traitance lucratifs du géant pétrolier Petrobras, distribuant des pots-de-vin à des responsables politiques au Brésil et dans plusieurs pays d’Amérique latine.

La dimension internationale de cette affaire « va croître énormément », a déclaré le magistrat dans un entretien à l’AFP.

« Si nous pouvons compter sur l’indépendance des ministères publics de la région, comme c’est le cas au Brésil, les enquêtes [dans les différents pays] devraient avancer et mettre à jour des schémas de corruption parallèles à ceux pratiqués par les entreprises du bâtiment brésiliennes », a-t-il ajouté.

Concernant les éventuelles responsabilités qui pourraient apparaître dans la dizaine de pays d’Amérique latine et d’Afrique éclaboussés par ce scandale, « il y aura sûrement de hauts responsables impliqués, car il est question de chantiers importants, et ces contrats dépendent de négociations au sommet », a ajouté Vladimir Aras.

Chantiers paralysés, grogne populaire et arrestations en série, ce scandale de corruption n’en finit pas d’ébranler la classe politique en Amérique latine.

Le Pérou a offert une récompense pour toute information permettant d’arrêter l’ex-président Alejandro Toledo, qui se trouve à l’étranger et est accusé d’avoir touché 20 millions de dollars de dessous-de-table d’Odebrecht afin de remporter l’appel d’offres pour la construction d’un axe routier majeur reliant le Pérou au Brésil.

« Au moins une dizaine d’entreprises étrangères » ayant signé des contrats avec Petrobras sont dans le collimateur de la justice de leurs pays respectifs, affirme le procureur à propos de cette enquête qui devrait encore durer « un ou deux ans ».

Les procureurs généraux de onze pays se sont engagés jeudi au Brésil à créer des équipes de travail communes pour coordonner leurs enquêtes sur le volet Odebrecht de l’affaire.