L’épidémie de choléra persiste en Haïti faute de financement

Port-au-Prince — La flambée de choléra en Haïti, enregistrée après le passage début octobre de l’ouragan Matthew, a été contenue grâce à la multiplication des équipes d’urgence, mais l’épidémie persiste faute de financement suffisant de l’aide, indique l’ONU dans son dernier bilan. Le nombre de cas a plus que doublé en Haïti entre les mois de septembre et d’octobre : près de la moitié des malades ont été recensés dans les deux départements les plus affectés par l’ouragan, dans le sud du pays. « En novembre, la situation des zones affectées par Matthew s’est améliorée, avec une diminution de 25 % du nombre de cas suspects entre octobre et novembre, passant de 2400 à 1800 cas suspects », affirme le rapport du bureau des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) en Haïti. La multiplication par trois des équipes d’urgence, l’arrivée massive de l’aide en eau potable, en chlore et la campagne de vaccination, qui a touché près de 800 000 personnes, expliquent, selon l’ONU, cette amélioration. « L’aide est sous-financée oui, mais, à cause de Matthew, on a déjà eu assez de financement pour le grand Sud pour 2016 » explique Mourad Wahba, le coordonnateur humanitaire des Nations unies en Haïti. Mais à terme, dit-il, « la saison des pluies va revenir et, inévitablement, il y aura un accroissement du nombre de cas de choléra ». Depuis octobre 2010, l’épidémie a causé la mort de plus de 9400 Haïtiens.

À voir en vidéo