Rencontre historique Couillard-Castro à Cuba

La visite éclair de Philippe Couillard à Cuba a culminé mardi soir par un tête-à-tête imprévu avec le président cubain, Raúl Castro. C'était la première fois qu'un premier ministre du Québec effectuait une visite officielle dans le pays.
Photo: Ramon Espinosa Associated Press La visite éclair de Philippe Couillard à Cuba a culminé mardi soir par un tête-à-tête imprévu avec le président cubain, Raúl Castro. C'était la première fois qu'un premier ministre du Québec effectuait une visite officielle dans le pays.

Le passage express de Philippe Couillard à Cuba ne sera pas passé inaperçu, le premier ministre du Québec ayant même eu droit à un tête-à-tête inattendu de plus d’une heure et demie avec le président cubain, Raúl Castro, au Palacio de la Revolution, mardi en soirée.

Philippe Couillard repart de cette visite éclair à Cuba avec trois ententes de partenariat et un engagement à établir une présence permanente du Québec sur l’île au cours des prochaines années, tandis que sa ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, et l’adjoint parlementaire de la ministre de l’Économie, Saul Polo, poursuivent la mission du gouvernement accompagné d’une quarantaine de gens d’affaires.

Outre M. Castro, M. Couillard s’est entretenu avec le vice-président du Conseil des ministres et ministre de l’Économie, et avec les ministres des Relations et du Commerce extérieurs de Cuba.

« Le président cubain était très au fait de notre visite et des rencontres qui ont eu lieu, et il a dit qu’il voulait accroître la collaboration avec le Québec, avant de raccompagner M. Couillard jusqu’à sa voiture », a indiqué au Devoir le porte-parole du premier ministre, Harold Fortin, joint à La Havane. Des sources se sont dites « agréablement étonnées » de l’accueil réservé au chef de gouvernement à Cuba lors de cette visite, celui-ci ayant eu droit aux mêmes honneurs qu’un chef d’État. « Cuba, c’est l’un des endroits où le Québec peut vraiment se distinguer. »

Plus tôt dans la journée, le premier ministre a expliqué vouloir établir de nouveaux partenariats avec Cuba avant que les assouplissements promis par Washington à l’embargo américain n’entrent en vigueur. « Je repars convaincu du fort potentiel que présente le renforcement de nos relations pour nos entreprises, institutions et chercheurs respectifs qui sauront, je l'espère, profiter de ce nouvel élan pour réaliser des partenariats dans divers secteurs, au bénéfice des citoyennes et citoyens de nos deux sociétés », a déclaré le premier ministre.

Près d’un demi-million de Québécois visitent Cuba chaque année, et le Québec y injecte près de 300 millions par an, ce qui en fait un partenaire commercial intéressant pour l’État socialiste.

Trois ententes

L’une des ententes ratifiées mardi liera l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) et le ministère cubain du Tourisme. Son objectif est de « perfectionner la main-d’oeuvre de ces deux secteurs d’activité à Cuba et de développer la gastronomie nationale », grâce à l’équipe de professeurs et d’autres professionnels de l’ITHQ. La première phase, qui s’échelonnera sur deux ans, se concentrera sur la cuisine.

Québec et La Havane ont aussi signé une entente de collaboration intergouvernementale, tout comme le Fonds de recherche du Québec et Bio Cuba Pharma, qui se spécialise dans la commercialisation de la recherche médicale, a précisé M. Fortin.

Philippe Couillard a de plus promis d’assurer une « présence permanente » du Québec à La Havane, mais on ignore pour l’heure quelle forme cela pourrait prendre.

Par ailleurs, la ministre St-Pierre a confirmé dix exonérations exceptionnelles des droits de scolarité supplémentaires, ce qui signifie que dix étudiants cubains pourront bénéficier d’une formation universitaire abordable au Québec dès janvier 2017.

Les rencontres prévues mercredi, jeudi et vendredi s’annoncent plus discrètes mais tout aussi importantes pour les relations Québec-Cuba, indique-t-on. Si M. Couillard devait quitter Cuba en matinée mercredi, Mme St-Pierre et M. Polo y demeureront pour la majeure partie de la semaine en compagnie d’une délégation de représentants d’entreprises québécoises.

Mme St-Pierre doit notamment rencontrer le ministre de la Culture de Cuba et participer à un dîner organisé par la Chambre de commerce et d’industrie Canada-Cuba et la Chambre de commerce de Cuba. « Les prochains jours porteront beaucoup sur la culture et l’éducation, notamment pour accroître les échanges culturels », indique-t-on au gouvernement.

7 commentaires
  • Jacques Patenaude - Abonné 13 septembre 2016 20 h 12

    Pauvre Raul

    Je compatis avec lui. être chef d'état c,est pas drole, ça nous oblige à recevoir toute sorte de monde.

    • Claude Richard - Abonné 14 septembre 2016 09 h 56

      Et à se faire parler en anglais, sans doute.

  • Alain Lavallée - Abonné 13 septembre 2016 20 h 25

    le minimalisme de "province"

    Il est plus que temps que le Québec bouge en direction de Cuba. Attendons plus d'infos, mais pour le moment il semble que M. Couillard n'a pas vraiment profité de la porte ouvertte par les plus hautes instances du pouvoir cubain. (une entente IthQ... )

    Le gouvernement du Québec disait à l’automne 2015 qu’il ferait de Cuba une priorité économique et y établirait un bureau. Il réalise que Cuba, qui a besoin de tout, représente un marché potentiel exceptionnel pour nos entreprises: population éduquée, 11 millions d’habitants, partage d’une culture latine, profusion de liaisons aériennes directes, proximité, même fuseau horaire.

    (pourquoi avoir attendu que les États-Unis y soient retournés avant d'agir. (il a bougé le jour où John Kerry est allé à La Havane reprendre contact avec Cuba)

    cela fait une décennie que Cuba explore le modèle coopératif, tant en milieu agricole que non agricole afin de se détacher graduellement du modèle communiste centralisateur . Plusieurs centaines de petites coopératives de travailleurs ont été créées, les progrès sont très lents mais ça change. Puisque le Québec a une expertise dans la pratique coopérative (Coop Fédérée, etc), n’y a-t-il pas là une occasion de coopération d'envergure avec Cuba

  • Michel Lebel - Abonné 13 septembre 2016 20 h 44

    Et la playa?


    Même pas le temps d'aller à la playa! Dommage! Il faut prendre le temps! Le Québec est bien tranquille ces temps-ci.

    M.L.

  • Denis Paquette - Abonné 14 septembre 2016 00 h 46

    Vive Cuba tellement sympa

    le président a de grands amis au Québec depuis tres tres lontemps,je crois qu'il est meme venu en vacance au Québec en catimini ,qu'il ait recu notre premier ministre comme un ami ne me surprend pas,je pense que beaucoup de cubain aime le Québec , meme Fidel avait une amitié particuliere pour le Québec, peut etre admirait-il notre lutte pour la liberté

  • Ginette Cartier - Abonnée 14 septembre 2016 08 h 14

    Dom Pedro Berbila

    M. Couillard devrait profiter de son séjour à La Havane pour visiter le musée de la Cité. Il pourrait se recueillir sur la pierre tombale d'un certain Dom Pedro Berbila. En français: Pierre Lemoyne d'Iberville, le plus grand héros militaire de la Nouvelle-France!