Assange: le feu vert de l’Équateur tarde

Stockholm — La justice suédoise a affirmé jeudi attendre le feu vert de l’Équateur pour pouvoir interroger le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, à Londres, alors que la prescription approche dans une affaire d’agression sexuelle. Des magistrats suédois souhaitent entendre l’Australien de 44 ans à l’ambassade d’Équateur, où il vit depuis trois ans, au sujet d’une affaire de viol et une autre d’agression sexuelle qui remontent à l’été 2010. L’ambassade d’Équateur n’avait pas réagi jeudi en début d’après-midi. L’avocat de la plaignante a affirmé jeudi à la radio publique suédoise SR qu’il craignait que le dossier ne soit définitivement enterré. « Si la prescription intervient, ce que beaucoup de choses laissent penser, la procureure va clore l’enquête », a-t-il souligné. Dans l’affaire pour viol, le délai de prescription est de 10 ans, ce qui laisse à la procureure jusqu’à 2020.

À voir en vidéo