Nouvelle évasion d’un baron de la drogue

Mexico — Le baron mexicain de la drogue Joaquin « El Chapo » Guzman est parvenu à s’échapper d’une prison de haute sécurité pour la deuxième fois en 14 ans, en passant par un tunnel, ont annoncé les autorités dimanche, un coup dur pour le président Enrique Peña Nieto.

Guzman a été vu pour la dernière fois samedi soir dans sa cellule de la prison d’Altiplano, à 90 kilomètres à l’ouest de la capitale, a indiqué la Commission nationale de sécurité dans un communiqué.

« Après avoir constaté grâce à la vidéo surveillance qu’il ne réapparaissait pas », les gardiens se sont rendus dans sa cellule et ont constaté sa disparition.

Ils ont alors découvert un tunnel « d’une largeur d’environ 50 cm » et « d’une longueur de plus de 1500 mètres » débouchant sur un immeuble en construction, a indiqué lors d’une conférence de presse le responsable national de la sécurité, Alejandro Rubido. Le tunnel était équipé d’un système de ventilation et une moto installée sur des rails servait à extraire la terre et acheminer du matériel.

« Dix-huit gardiens vont être interrogés », a indiqué M. Rubido.

Une vaste chasse à l’homme a été déclenchée dans tout le secteur et sur les routes des États voisins. Les vols depuis l’aéroport voisin de Toluca ont été suspendus. Environ 250 policiers fédéraux et militaires ont été déployés au cours de la nuit autour du centre pénitencier, a constaté un journaliste de l’AFP, tandis qu’un hélicoptère survolait la zone. Sur l’autoroute entre Mexico City et Toluca, des soldats fouillaient les voitures au péage et vérifiaient l’identité des passagers.

Deuxième évasion

 

« El Chapo », diminutif de « chaparro » (« courtaud »), allusion à sa petite taille (1,64 mètre), s’était déjà évadé d’une prison de haute sécurité en 2001, caché dans un panier de linge sale.

Après 13 ans de traque, des militaires étaient parvenus à le capturer en février 2014 lors d’un raid nocturne dans la station balnéaire de Mazatlan, dans l’État de Sinaola.

Guzman, 58 ans, était considéré comme le baron de la drogue le plus recherché au monde, à la tête du puissant cartel de Sinaola.

Sa tête avait été mise à prix pour 5 millions de dollars par les États-Unis et pour plus de 2,2 millions par le Mexique.

Cette deuxième évasion est un coup dur pour le président Peña Nieto, parti pour la France, où il doit effectuer une visite d’État de quatre jours à partir de lundi.

Son gouvernement s’était engagé à arrêter ce baron de la drogue puissant et craint, qui était devenu l’un des symboles du trafic de drogue contre lequel l’ancien président Felipe Calderon (2006-2012) avait déployé l’armée.

À voir en vidéo