La présidente chilienne annonce un cabinet rénové

Santiago — La présidente chilienne, Michelle Bachelet, confrontée à une crise de confiance liée à des scandales financiers dont l’un impliquant son fils, a dévoilé lundi la composition de son nouveau gouvernement marquée par le départ de certains de ses plus proches collaborateurs. Lors d’une brève cérémonie au Palais de la Moneda, la présidente a indiqué qu’il était « temps de donner un nouvel élan à la qualité du gouvernement », après avoir annoncé abruptement mercredi sa décision de congédier en bloc son gouvernement. Cinq des 23 ministres qui composaient le cabinet avec lequel Bachelet avait commencé son second mandat en mars 2014 quittent le gouvernement, tandis que quatre portefeuilles ont été modifiés. Mme Bachelet a décidé notamment de se séparer de son chef de cabinet et ministre de l’Intérieur, Rodrigo Peñailillo, 41 ans, un de ses plus proches collaborateurs depuis dix ans, considéré comme son fils spirituel. Il sera remplacé par Jorge Burgos, qui a servi comme ministre de la Défense. Dans une décision sans précédent depuis le retour à la démocratie après la dictature d’Augusto Pinochet en 1990, Bachelet a également décidé de changer le ministre des Finances, Alberto Arenas, remplacé par le directeur de la Banque d’État, Rodrigo Valdes. Elle avait déjà confirmé à son poste le ministre des Affaires étrangères, Heraldo Muñoz.