Premières élections municipales à Cuba avec des candidats de l'opposition

La Havane — Cuba organisait dimanche ses premières élections municipales depuis le dégel historique de ses relations avec les États-Unis, avec une nouveauté inhabituelle dans son système de parti unique: deux des 27 000 candidats en lice sont des opposants au gouvernement.

Hildebrando Chaviano et Yuniel Lopez ont été choisis à main levée lors d’assemblées d’investiture dans des quartiers de La Havane. Ils espéraient remporter deux des 12 589 sièges en jeu dans les 168 conseils municipaux du pays, mais après la publication des résultats préliminaires dimanche soir, ils ont tous deux admis leur défaite.

Les élections municipales cubaines sont habituellement paisibles, avec peu d’événements de campagne hormis des notes biographiques affichées ici et là. Le taux de participation est généralement élevé.

Les assemblées municipales, qui s’occupent principalement des services publics comme la réparation des rues, l’alimentation en eau et la fumigation contre les insectes sont le premier échelon du système électoral cubain. Elles permettent de désigner la moitié des candidats aux assemblées provinciales qui, elles, choisissent la moitié des candidats à l’Assemblée nationale, qui nomme le Conseil d’État, lui-même chargé d’élire le président. L’autre moitié des candidats des diverses assemblées est choisie par la commission électorale.

M. Chaviano, âgé de 65 ans, et M. Lopez, âgé de 26 ans, ont estimé que le gouvernement avait tout simplement été pris de court par leur candidature. M. Lopez, qui n’a pas d’emploi, est membre d’un parti politique dissident, tandis que M. Chaviano est un ancien avocat du gouvernement devenu journaliste indépendant.

Depuis 2010, le président Raul Castro a lancé de lentes, mais profondes réformes dans l’économie planifiée de Cuba. Il a aussi promis des changements dans le système électoral, mais n’a donné aucun détail jusqu’à maintenant.

En décembre, M. Castro et le président des États-Unis, Barack Obama, ont annoncé leur intention de rétablir entièrement les relations diplomatiques entre les deux pays après un gel de plus de 50 ans, mais les négociations sont alourdies par plusieurs questions complexes, notamment les lois américaines qui imposent un embargo à Cuba.