Raul Castro s'engage à n'écarter aucun sujet

La Havane — Le président cubain Raul Castro s’est dit prêt samedi à n’écarter aucun sujet dans le cadre du dialogue avec Washington et a vu dans le rapprochement avec les États-Unis la levée d’un obstacle vieux d’un demi-siècle.

Le peuple cubain salue cette décision juste du président des États-Unis Barack Obama. Elle entérine la levée d’un obstacle aux relations entre nos pays, a déclaré le président cubain dans un discours de clôture d’une session parlementaire semestrielle.

«Nous réitérons notre disposition au dialogue respectueux et réciproque autour de [nos] divergences», a-t-il ajouté, affirmant accepter de dialoguer [...] de n’importe quel thème, de tout ce dont on voudra parler au sujet de Cuba, mais aussi des États-Unis.

Mercredi, les chefs d’État américain et cubain avaient fait l’annonce historique d’une volonté mutuelle de normaliser leurs relations diplomatiques après un demi-siècle de brouille. De premiers entretiens officiels sont prévus dès janvier. 

Vendredi, le président américain a rappelé qu’il partageait les préoccupations des opposants et des militants des droits de l’homme sur le fait que Cuba est toujours dirigé par un régime répressif.

Cuba va changer, c’est incontournable, mais je ne prévois pas de changements du jour au lendemain, a ajouté M. Obama au cours de sa traditionnelle conférence de presse de fin d’année à la Maison-Blanche.