L’Américain Alan Gross libéré dans le cadre d’un «échange» d’espions

Washington — L’Américain Alan Gross a été libéré par Cuba pour des raisons humanitaires après cinq ans de prison, dans le cadre d’un «échange» entre trois espions cubains emprisonnés aux États-Unis et un agent américain emprisonné à Cuba depuis 20 ans, ont dit mercredi des responsables américains.

«Gross a été libéré pour des raisons humanitaires. Il y a eu échange avec des gens du renseignement», a indiqué à l’AFP l’un de ces responsables. Interrogé pour savoir s’il s’agissait de trois agents cubains arrêtés en 1998 aux États-Unis et condamnés en 2001 à de la prison pour espionnage, ce responsable a répondu «oui».

Par la suite un autre responsable de l’administration américaine a précisé que l’élargissement de M. Gross s’était faite dans le cadre d’un échange plus large entre les deux pays d’espions cubains et américain. Il y a eu «un échange des trois Cubains contre un [agent] du renseignement américain qui était détenu à Cuba depuis près de 20 ans».

Il n’a pas donné plus de détails sur le cas de cet agent des États-Unis.

La Havane dénonçait quotidiennement les «condamnations injustes» de cinq de ses agents arrêtés en 1998 aux États-Unis alors qu’ils avaient infiltrés les milieux anticastristes de Floride. Cuba réclamait la libération de trois de ces Cubains du «groupe des Cinq» considérés dans leur pays comme des «héros de la lutte antiterroriste».

M. Gross est un ancien contractuel de l’agence fédérale américaine pour le développement international (USAID), une branche du département d’État. Washington avait toujours conditionné une détente avec Cuba à sa libération. Arrêté le 3 décembre 2009 à Cuba, Alan Gross avait été condamné en 2011 à 15 ans de prison pour avoir introduit du matériel de transmission satellitaire interdit dans l’île communiste.

Accusé d’espionnage, il avait été jugé pour avoir «commis des actes contre l’indépendance et l’intégrité territoriale de Cuba».