Libération d’un «parrain» mexicain de la drogue

Mexico – Un tribunal mexicain de l’État de Jalisco (ouest) a ordonné vendredi la libération de Rafael Caro Quintero, « parrain » mexicain de la drogue des années 80 incarcéré depuis 28 ans, après avoir notamment constaté un vice de procédure dans sa condamnation.

 

M. Caro Quintero a quitté la prison de Guadalajara dans la matinée, a indiqué à l’AFP une source pénitentiaire sous couvert de l’anonymat.

 

Le tribunal lui a concédé un « amparo », la « protection » de la justice mexicaine, notamment après qu’il eut été établi que M. Quintero avait été jugé par une juridiction fédérale et non une juridiction ordinaire comme cela aurait dû être le cas, a-t-on appris auprès d’une source proche du tribunal. L’ex-chef du cartel mexicain de Guadalajara, âgé de 60 ans, avait été condamné en 2009 à 40 ans de prison pour l’assassinat en 1985 de «Kiki» Camarena, un policier de l’Agence anti-drogue américaine (DEA). Il avait également été condamné pour trafic de drogue, mais une source proche du tribunal a indiqué que la totalité de cette peine avait déjà été purgée. Les autorités judiciaires de l’État n’avaient pas fait de commentaire dans l’immédiat.

 

Le décès de l’agent « Kiki » Camarena, enlevé, torturé et abattu en février 1985 au Costa Rica, avait provoqué des tensions entre les États-Unis et le Mexique, avant d’enclencher une collaboration plus étroite dans la lutte contre le trafic de drogue. Considéré à son époque comme le « Narco des narcos », Rafael Quintero avait formé avec Miguel Angel Felix Gallardo et Ernesto Fonseca, alias « Don Neto », tous deux aujourd’hui incarcérés, la première grande organisation de trafiquants de drogue mexicains dont les ramifications s’étendaient dans plusieurs pays étrangers.

À voir en vidéo