Espionnage - Snowden met Moscou dans l’embarras

Moscou – Une source russe a affirmé vendredi que Moscou était dans l’embarras sur le cas de l’ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden, bloqué depuis dimanche dans un aéroport de la capitale russe, son passeport révoqué et dans l’attente d’un asile politique en Equateur.

Une conférence de presse vendredi du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, lors de laquelle aucune question sur l’affaire Snowden n’a été posée par les journalistes auxquels la parole avait été donnée, a confirmé implicitement que la direction russe ne souhaitait pas s’exprimer sur la question.


« Les Américains ont mis en connaissance de cause Moscou dans l’embarras en n’avertissant pas à temps de l’annulation du passeport » d’Edward Snowden, a déclaré une source proche du dossier citée par l’agence Interfax. « Si cela avait été su plus tôt, il est possible que Snowden n’aurait jamais décollé pour Moscou, et il n’y aurait pas eu toute cette histoire », a ajouté la source.


L’ex-consultant de la NSA, auteur de révélations fracassantes sur la surveillance américaine des communications, se trouve depuis dimanche dans la zone de transit de l’aéroport Cheremetievo, où il est arrivé en provenance de Hong-Kong.


L’annulation de son passeport n’a été connue que dimanche, alors qu’il avait quitté Hong-Kong pour Moscou.


Le consul général des États-Unis à Hong-Kong, Stephen Young, a accusé Hong-Kong vendredi d’avoir agi de « mauvaise foi » en laissant partir Edward Snowden, estimant qu’il faudrait du temps pour réparer les relations bilatérales.


Snowden s’était réfugié en mai dans le territoire autonome chinois avant de faire des révélations fracassantes sur les écoutes et la surveillance électronique américaine aux États-Unis comme à l’étranger.


Le fugitif américain a fait une demande d’asile politique à l’Équateur, mais ce pays a indiqué que l’examen de cette requête pourrait prendre des mois, et le président Rafael Correa a annoncé jeudi n’avoir pas encore pris de décisions quant à l’éventuel transfert du fugitif américain en territoire équatorien.


Les États-Unis réclament l’arrestation et l’extradition d’Edward Snowden, qui a été inculpé d’espionnage et encourt 30 ans de détention dans son pays.


Le président américain Barack Obama a souligné jeudi qu’il n’avait pas l’intention de « marchander » avec son homologue russe Vladimir Poutine sur le sort de l’ex-consultant de la NSA, qu’il a qualifié de « pirate informatique ». « Je ne vais pas envoyer des avions pour attraper un pirate informatique de 29 ans », a-t-il également déclaré lors d’une visite à Dakar, faisant une petite erreur sur l’âge de M. Snowden qui a eu 30 ans la semaine dernière.


Edward Snowden avait été enregistré initialement sur un vol Moscou -La Havane lundi, puis le lendemain, mais il n’avait pas pris ces vols de la compagnie russe Aeroflot devant le rapprocher de l’Équateur.

À voir en vidéo