Venezuela - Le gouvernement exhorte à l'unité à l'approche de l'investiture Chávez


	Les graffitis à la gloire du président abondent à Caracas.
Photo: Raul Arboleda
Les graffitis à la gloire du président abondent à Caracas.

Caracas — Les responsables du régime de Hugo Chávez, dont l’état de santé demeure incertain 24 jours après son opération d’un cancer à Cuba, resserrent les rangs et appellent la population à célébrer «l’unité révolutionnaire» samedi lors de l’élection du président de l’Assemblée, préalable à l’investiture présidentielle prévue le 10 janvier


Dans un communiqué, le président de l’Assemblée nationale Diosdado Cabello a lancé vendredi un appel à venir manifester à l’Assemblée nationale «l’unité révolutionnaire et à s’exprimer face aux rumeurs» qui circulent sur le compte de la santé du chef de l’État, hospitalisé à La Havane et invisible depuis son opération du 11 décembre.


«Si l’opposition croit qu’elle trouvera à l’assemblée un espace pour conspirer contre le peuple, elle se trompe à nouveau, elle sera battue», a déclaré peu après M. Cabello sur Twitter.


Selon les observateurs, M. Cabello devrait être réélu sans mal à son poste, le parti au pouvoir disposant de la majorité à l’Assemblée.


Jeudi soir, Diosdado Cabello était apparu auprès du vice-président Nicolas Maduro à leur retour de Cuba. Les deux hommes s’en sont pris à l’opposition et aux médias, accusés de tenter de «destabiliser» le pays.


Aux côtés de l’autre principal baron du «chavisme», M. Maduro a également démenti les rumeurs de rivalité avec Diosdado Cabello et s’est voulu rassurant sur leurs relations, assurant qu’ils avaient «juré devant le commandant Hugo Chavez [...] qu’ils resteraient unis».


La question de la présence du président Chavez devant l’Assemblée nationale dans six jours demeure incertaine. Le vice-président Nicolas Maduro et le président de l’Assemblée nationale Diosdado Cabello avaient évoqué un éventuel report de la cérémonie d’investiture, mais ils sont restés évasifs sur la question ces derniers jours.


La Constitution «n’est pas de la pâte à modeler», elle est «faite pour apporter une sécurité» à la démocratie, a prévenu vendredi le leader de la principale coalition de l’opposition, Ramon Guillermo Aveledo, appelant le gouvernement à se prononcer sur ses intentions en cas d’absence du président.

À voir en vidéo