Colombie - Les FARC appellent Bogotá à résoudre le problème rural

La guérilla des FARC a appelé mardi le gouvernement colombien à régler sans attendre le problème du développement rural et à en finir avec « la structure de la grande propriété » foncière, qu’elle considère comme la cause principale du conflit armé en Colombie.

« Les processus de restitution, de redistribution et d’enregistrement des terres au profit des personnes qui n’en possèdent plus doit se réaliser sans attendre, et sans les machinations qui conduiraient à de nouvelles concentrations de terres par la voie légale », réclament les FARC dans un communiqué lu à la presse par le chef de la délégation de la guérilla aux pourparlers de paix ouverts à La Havane en novembre.

« Il est urgent de dédommager les six millions de déplacés et de rendre au peuple les plus de sept millions d’hectares qui lui ont été arrachés par le sang et par le feu par le terrorisme d’État », ajoute le texte lu par Ivan Marquez. « La structure de la grande propriété des terres continue de constituer la cause fondamentale de la misère des campagnes et de la confrontation qui ensanglante la Colombie », ajoute le communiqué des FARC, fondées en 1964 à la suite d’un mouvement de révolte paysanne.

Ivan Marquez s’est réjoui de la tenue jusqu’à mercredi à Bogotá d’un forum sur le développement rural, réunissant environ 1200 délégués de tout le pays. La guérilla, a-t-il affirmé, défendra à La Havane les propositions qui seront adoptées par ce forum et qui devraient être transmises en janvier aux négociateurs.

Le développement rural est le premier des cinq thèmes de l’ordre du jour des délégations colombiennes négociant à La Havane un accord qui mettrait un terme à près d’un demi-siècle de conflit en Colombie.