Harper quitte le Sommet des Amériques sur une note discordante

Carthagène — Le premier ministre canadien Stephen Harper s'était rendu au Sommet des Amériques avec l'intention d'accroître les liens entre le Canada et la région, mais il a quitté l'événement sur une note discordante, dimanche, en raison de la position de son gouvernement sur la participation de Cuba à l'événement.

Le Canada et les États-Unis se sont retrouvés seuls à s'opposer à une entente devant permettre à Cuba de prendre part aux prochains sommets. Ce désaccord et l'absence d'un consensus afin d'appuyer l'Argentine sur la question des îles Malouines ont saboté la déclaration finale des 31 nations participantes.
 
Même l'hôte du sommet, le président colombien Juan Manuel Santos, a déclaré qu'il était «inacceptable» que Cuba ne prenne pas part à la prochaine rencontre, dans trois ans. D'autres pays, comme l'Argentine et le Brésil, ont fait écho à ce sentiment.
 
Harper pas d'accord, mais...

M. Harper a insisté sur le fait que le Canada avait fait preuve d'ouverture vis-à-vis de Cuba et qu'il n'était pas d'accord avec l'embargo américain imposé à ce pays. Il a cependant ajouté que le Canada avait fait le choix d'observer le principe voulant que les participants au sommet soient des démocraties — une idée mise de l'avant par le premier ministre libéral Jean Chrétien durant le sommet de Québec, en 2001.
 
«Bien que nous n'appuyons pas la position visant à isoler Cuba, nous croyons que le Sommet des Amériques devrait être restreint aux pays démocratiques, et que Cuba devrait être encouragé à devenir un pays démocratique à l'avenir [...] et nous soutenons que la politique canadienne est la façon de parvenir à ce résultat plutôt que la politique observée par nos amis américains», a-t-il déclaré à des journalistes.
 
L'objectif premier de M. Harper au sommet était de faire la promotion du Canada comme lieu de commerce et d'investissement, et d'appuyer les entreprises canadiennes à la recherche de nouvelles occasions d'affaires en Amérique centrale.
 
Le gouvernement conservateur tente de redonner du souffle à sa Stratégie pangouvernementale pour les Amériques, portant sur l'engagement du Canada dans la région.
 
Par ailleurs, le premier ministre Harper a annoncé dimanche un financement accru aux pays d'Amérique centrale afin de les aider à lutter contre la violence causée par les cartels de la drogue.
 
L'Initiative canadienne pour la sécurité en Amérique centrale (ICSAC) prévoit des dépenses de 25 millions $ sur une période de cinq ans afin d'aider à la formation des forces de l'ordre et de fournir du matériel à ces dernières.
 
À la suite du sommet, M. Harper devait se rendre à Santiago pour y entreprendre un séjour officiel au Chili.
 
Jennifer Ditchburn, La Presse canadienne

 
21 commentaires
  • RobertB - Inscrit 15 avril 2012 19 h 06

    Thank you Stephen!

    Merci Stephen! Grâce à toi, nous sommes OFFICIELLEMENT les putes des USA. J'espère que ça paye bien.

    • Gilem - Inscrit 17 avril 2012 12 h 31

      Entierement d'accord avec vous M.Robert B.
      J'ai vote pour Harper sur ses promesses de politique interne avec lesquelles je suis d'accord mais je suis en complet desaccord avec son gouvernement au sujet de politique externe.
      Nous devenons de plus en plus une succursale des USA.
      Gilles Emard

  • Gilbert Troutet - Abonné 15 avril 2012 20 h 03

    Les temps changent

    C'est encourageant de voir que les États-Unis ne font plus la pluie et le beau temps en Amérique, en Amérique du sud notamment. Par contre, c'est attristant de constater que les USA sont toujours rivés à leur blocus de Cuba, comme si nous vivions encore en 1960. Pour ce qui est du «critère démocratique», on ne se prive pas de bonnes relations avec des États beaucoup moins vertueux, aujourd'hui l'Arabie séoudite et les émirats du Golfe persique, autrefois le Chili de Pinochet et les dictatures d'Amérique centrale... Tant mieux si le Canada peut manifester un peu d'ouverture à l'égard de Cuba, en espérant que ce soit sincère. Certains vont y chercher des soins médicaux qu'on ne trouve pas ici.

  • Paul Lalande - Inscrit 15 avril 2012 20 h 30

    Harper le démocrate

    Harper, défendeur de la démocratie... ben voyons...

  • Frédéric Jeanbart - Inscrit 15 avril 2012 20 h 48

    Pas étonnant....

    Il a toujours quitéé toutes les réunions internationales sur des notes discordantes. On aura beau vouloir chasser son naturel dans des envolées démagogiques et partiaux, il reviendra toujours au galop !

    C'est ainsi pour les gens qui se croient si Dieu qu'ils refusent d'acceter ou avouer quelque erreur, qu'ils refusent (philosophie néoconservatrice aidant) de considérer des valeurs sociales à la hauteur de nos vertues humanistes (effet d'évolution et de conditions humaines), qui refusent de croire que d'autres hommes et femmes sont tout aussi valeureux (voir meilleurs) malgré quelque philosophie du pouvoir diamétralement opposée : qui se comportent finalement tels des psychopates !

  • Notsag - Inscrit 15 avril 2012 20 h 50

    Hypocrisie

    On ne veut pas se faire voir en public avec Cuba, mais avec la chine, pas de problème!

    • Djemy Djemy - Inscrit 15 avril 2012 23 h 51

      Bien daccord avec vous

    • Jean Luc Beauchemin - Inscrit 16 avril 2012 07 h 12

      Hey ! que peut on rajouter a cela.