Les Vénézuéliens sont bouleversés - Chavez a été opéré pour un cancer

Une prière pour le président<br />
Photo: Agence Reuters Une prière pour le président

Caracas — L'opération du président vénézuélien Hugo Chavez, atteint d'un cancer, bouleverse le Venezuela où l'armée a appelé à la loyauté envers le chef de l'Etat en traitement à Cuba, à un an d'une présidentielle cruciale.

Le président du premier exportateur de brut sud-américain, victime d'une tentative de coup d'État en 2002, a annoncé dans un message lu à La Havane et diffusé jeudi soir par les médias vénézuéliens, qu'il avait été opéré d'une tumeur cancéreuse, mais qu'il avait bon espoir de se remettre totalement.

La nouvelle a coupé court aux rumeurs sur la santé du président qui ont été attisées par son absence inhabituelle de la vie politique depuis le 10 juin. C'est aussi une douche froide pour ses partisans qui le croyaient quasiment invincible et en tous les cas indispensable pour faire avancer la «révolution socialiste» dans le pays sud-américain.

Le président, encore populaire avec 50 % de soutien après douze ans de pouvoir, a déjà annoncé qu'il se présenterait à l'élection présidentielle de fin 2012.

Le responsable des opérations de défense du Venezuela et du maintien de l'ordre interne, Henry Rangel Silva, a garanti vendredi à Caracas la loyauté de l'armée au chef de l'État. «Je peux garantir l'attachement de la force armée au président [...] Nous avons eu une expérience néfaste en 2002 et jamais plus les membres de la force armée ne violeront la Constitution», a déclaré Rangel, chef du commando stratégique opérationnel, à la télévision officielle VTV. Depuis la tentative de coup d'État, l'armée a été réformée par le président, ancien militaire, qui a placé des fidèles à sa tête.

Le vice-président Elias Jaua a assuré pour sa part de la «stabilité politique» du pays. «Le président de la République exerce pleinement ses compétences constitutionnelles. Il est aux commandes du gouvernement, n'a jamais cessé de l'être et continuera de l'être», a-t-il dit à la presse.

Le président vénézuélien, 56 ans, mentor d'un certain nombre de dirigeants de gauche latino-américains, réélu à trois reprises depuis 1998 à la tête du Venezuela, est apparu amaigri et ému jeudi soir à la télévision. Il a lu un discours de quinze minutes contrastant avec ses discours fleuves improvisés pouvant durer neuf heures.

«Les examens ont confirmé l'existence d'une tumeur avec présence de cellules cancéreuses qui a rendu nécessaire une seconde intervention ayant permis l'ablation totale de cette tumeur», a expliqué le chef de l'État. Chavez a reconnu avoir d'abord été hospitalisé d'urgence le 10 juin, en pleine visite officielle à Cuba, d'un abcès pelvien — accumulation de pus dans la zone inférieure de l'abdomen — mais qu'ensuite une tumeur cancéreuse a été détectée et qu'il a donc dû subir une seconde opération. Il n'a toutefois pas donné de détails sur la tumeur ou le traitement, ni avancé de date de retour au Venezuela. Chef d'État hyperactif, Chavez a en revanche estimé avoir commis une «erreur fondamentale» en négligeant sa santé pendant des années.