Aristide est ravi de rentrer en Haïti

Pretoria — L'ex-président haïtien Jean-Bertrand Aristide s'est dit hier «ravi de rentrer» en Haïti après sept ans d'exil en Afrique du Sud, à l'aéroport de Lanseria près de Johannesburg, d'où il s'est envolé dans la soirée.

«Le grand jour est arrivé. Le moment de dire au revoir avant de rentrer chez soi», a déclaré devant des journalistes M. Aristide, docteur en langues africaines de l'Université d'Afrique du Sud, qui s'exprimait en zoulou.

«D'un côté nous sommes tristes de quitter nos chers amis, mais de l'autre, nous sommes ravis de rentrer chez nous après sept ans», a-t-il estimé en son nom et en celui de sa femme Mildred, non sans remercier le gouvernement sud-africain, le président Jacob Zuma, l'ex-président Thabo Mbeki, «notre cher Madiba» (Nelson Mandela) et ses «frères et soeurs d'Afrique du Sud».

«Nous n'oublierons jamais ces sept années» d'exil, a-t-il insisté, rappelant les liens entre les Africains et les Haïtiens, qui sont descendants d'esclaves africains.

«En Haïti, ils sont aussi très contents, parce qu'ils nous attendent, et ils attendent notre retour le plus tôt possible. C'est normal, leurs rêves vont se réaliser», a-t-il ajouté.

Jean-Bertrand Aristide, 57 ans, avait été évincé du pouvoir en février 2004 sous la pression conjuguée d'une insurrection armée, des États-Unis et de la France, et vivait depuis en Afrique du Sud.

Ancien prêtre se réclamant de la théologie de la libération, il reste très populaire auprès des plus humbles grâce à un discours populiste, même s'il a par deux fois été chassé de la présidence haïtienne. Washington et Paris lui ont demandé, en vain, de différer son retour pour ne pas perturber le second tour de l'élection présidentielle de dimanche.

Son retour devrait donner l'occasion à ses partisans, et singulièrement à son parti Fanmi Lavalas (La famille Lavalas) de se faire entendre, eux qui ont été exclus du scrutin. Le parti a d'ores et déjà appelé ses sympathisants à un grand rassemblement aujourd'hui devant l'aéroport international de la capitale haïtienne pour l'accueillir.

À voir en vidéo