Cité-Soleil sur le qui-vive

À Cité-Soleil, dans ce bastion «initiste» (du parti Inite, qui signifie «unité»), on ne craint pas de porter le t-shirt jaune à l’effigie du candidat qui est le dauphin du président sortant, René Préval.
Photo: François Pesant - Le Devoir À Cité-Soleil, dans ce bastion «initiste» (du parti Inite, qui signifie «unité»), on ne craint pas de porter le t-shirt jaune à l’effigie du candidat qui est le dauphin du président sortant, René Préval.

À Cité-Soleil, le plus gros bidonville de Port-au-Prince, on vote Jude Célestin, le dauphin du président sortant... de gré ou de force. Le Devoir s'y est rendu pour tâter le pouls de la population alors que le gouvernement haïtien est sur le point de décider s'il entérine la décision de l'OEA d'exclure Jude Célestin pour une finale Manigat-Martelly.

Le Devoir en Haïti - Cité-Soleil, Port-au-Prince — «Célestin Prézidan!» À Cité-Soleil, le plus gros bidonville de Port-au-Prince, des affiches de Jude Célestin, tout sourire, tapissent les murets et les maisons. Ici, dans ce bastion «initiste» (du parti Inite, qui signifie «unité»), on ne craint pas de porter le t-shirt jaune à l'effigie du candidat qui est le dauphin du président sortant, René Préval.

Devant sa maison de tôle située dans le quartier Soleil-17, un jeune homme dégourdi affiche fièrement ses couleurs. «Je devais faire mon choix et je l'ai fait. Ce sera Jude Célestin», en mentionnant du même souffle que ce sera certainement mieux que l'actuel président. Peu importe si son candidat favori est le gendre de celui qu'il exècre. «Je lui donne mon appui, mais s'il ne fait rien et nous déçoit, je serai le premier à dire: "À bas Célestin"», soutient-il, sous le regard approbateur de ses voisins venus s'attrouper. Sauf un.

Triturant les pans de son t-shirt sale, Edlyna Florial souffle d'une petite voix apeurée que son vote, au dernier scrutin du premier tour, est allé à «Sweet Mickey», soit le chanteur Michel Martelly. «Célestin n'est jamais venu ici. Que va-t-il faire pour nous?», a-t-elle laissé tomber en provoquant un certain malaise au milieu du groupe. Elle aura fort à faire pour convaincre ses compatriotes de ne pas l'appuyer.

Un vote acheté

Comme elle, certains habitants soutiennent que le vote est acheté. «Les dirigeants profitent de la misère et promettent de changer les choses, mais quand ils arrivent au pouvoir, c'est toujours le revers de la médaille», avance Eddy, un ancien journaliste qui travaille maintenant pour une ONG. «Ils achètent les votes!» Eddy et son ami Alex, un professeur d'espagnol, osent s'ouvrir un peu mais seulement derrière les portes closes de la maison, car ils craignent de se faire voir en compagnie de journalistes blancs. Mais surtout, pas de photos. «On vit dans une zone dans laquelle on pourrait être tués. C'est dangereux. On ne peut pas s'exprimer ouvertement. Les bandits sont autour de notre maison», dit-il. «Les dirigeants haïtiens ont l'habitude d'accaparer les bandits pour qu'ils les aident politiquement», a renchéri Eddy, en froissant le pouce et l'index pour signifier qu'ils le font en échange d'argent. Tous ces gens qui ne sont solidaires sont appelés les «Patripoches», parce qu'ils ont le peuple dans leur poche, explique-t-il.

Pour ce polyglotte qui s'intéresse à la politique, les dernières élections ont été truquées. Il parle même de kidnapping électoral. Eddy raconte que les intimidations commencent une semaine avant le scrutin. Les partisans de Célestin, qui sont comme eux issus de Cité-Soleil, volent les cartes électorales. Parfois, des menaces de mort suffisent. Selon Eddy, même s'il y avait des observateurs à son bureau de scrutin, la terreur est trop grande pour que les citoyens se sentent libres d'inscrire leur petite croix où bon leur semble sur le bulletin de vote.

Les pauvres feraient n'importe quoi pour une vie meilleure, note-t-il. «Les dirigeants de ce pays préfèrent que le peuple soit dans la misère», en rappelant que c'est dans leur intérêt.

Sur le qui-vive

À Cité-Soleil, les habitants sont sur le qui-vive. René Préval a reçu le rapport de l'Organisation des États américains qui conteste les résultats connus du scrutin du 28 novembre dernier tout en préconisant une finale électorale Manigat-Martelly. Mais sans faire connaître sa décision, il a émis quelques réserves par rapport à la méthodologie, selon ce que rapporte Reuters. Mirlande Manigat, arrivée première avec 31 % des voix, est assurée de passer. Mais quel que soit le candidat évincé, Célestin ou Martelly, l'impact est craint dans tout le pays. En décembre dernier, des émeutes avaient été déclenchées dans certains points chauds du pays lorsqu'on a annoncé que M. Martelly allait être évincé, n'ayant récolté que la troisième position. Ici à Cité-Soleil, on craint plutôt la casse si Célestin est mis à l'écart. «Ça va chauffer», rappelle un résidant du bidonville.

Déjà, à Soleil-17, des arrestations ont été réalisées par la police nationale haïtienne. La rumeur veut qu'on essaie de mettre la main sur les fauteurs de trouble les plus influents afin de calmer la grogne, devant l'éventualité où Célestin ne participerait pas au second tour. «Mais ils ont aussi embarqué des innocents. Mais les militants ne font que voter. Pourquoi les embarquer? Ce sont les bandits qui brûlent et qui tuent», dit Louis Jeune Olwich, un jeune de Soleil-17.

Entre désillusion et espoir

Quoi qu'il en soit, personne ne semble souhaiter une telle dérive. Arthur sait ce dont il a besoin. «Des écoles, des cliniques, des hôpitaux, des écoles professionnelles. On manque de tout», insiste-t-il. À l'instar de tous les quartiers de Cité-Soleil, son quartier regorge de chômeurs et d'enfants mal nourris. D'une insalubrité choquante, Soleil-17 a des latrines remplies à ras bord qui ne servent plus depuis que le président Jean-Bertrand Aristide, qui a fait beaucoup pour réformer Cité-Soleil, a été forcé de quitter le pouvoir il y a six ans.

«Artistide a été le meilleur président d'Haïti. C'est lui qui nous a ouvert les yeux sur notre réalité et nous a amenés à vouloir changer les choses», souligne Louis Jeune Olwich.

Envers et contre tous, Eddie n'est pas d'accord. «Les dirigeants nous bâtissent des châteaux en Espagne, ils promettent des choses au peuple et quand ils arrivent au pouvoir, le peuple patauge toujours dans la misère. C'est ce qui est arrivé avec René Préval et tous les autres», a-t-il soutenu. À l'évidence, il ne votera pas pour Jude Célestin. Mais il gardera secret le nom de son candidat jusqu'au prochain tour de scrutin, qui se fait toujours attendre.
7 commentaires
  • oscar Fortin - Inscrit 14 janvier 2011 08 h 04

    La réalité dit ce que l’on veut bien lui faire dire

    Il ne fait aucun doute, à la lecture de cet article, que le candidat Célestin n’est pas le candidat à mettre sur un piédestal. Dauphin du gouvernement actuel, gendre de l’actuel Président, peu de racines dans le milieu, il n’est pas possible que l’on puisse voter librement pour lui. Les votes seront achetés, les citoyens menacés et ce ne sera que sous la pression de la peur qu’ils se tairont pour ne pas dire ce qu’ils pensent vraiment. Tout cela est évidemment crédible et pourrait sans doute l’être pour tous les candidats et candidates. Il suffirait d’aller chercher les personnes qui auraient des choses semblables à dire sur les autres candidats. Supposons un instant qu’un ou qu’une journaliste de Telesur (Venezuela) ou de Prensa Latina (Cuba) aille dans le même secteur et y réalise des entrevues avec diverses personnes. Le compte rendu pourrait donner une toute autre compréhension de la situation. De l’actuel Président on aura tout dit pour le discréditer au point d’en faire le responsable de l’inertie de la reconstruction d’Haïti. Je réfère le lecteur ou lectrice à cet article publié par Mondialisation qui offre un point de vue qui donne à réfléchir. http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va

  • Nicodeme C - Inscrit 14 janvier 2011 08 h 39

    De l'ingérence! Pure et simple !

    l'OEA (Organisation des États Américains) Cela dit tout ! Dont l'ingérence pure et simple! Démocratie pour la paix, la sécurité et le développement mon oeil! Le contraire serait plus juste...

  • ysengrimus - Inscrit 14 janvier 2011 08 h 51

    Oui, un anniversaire amer...

    L’anniversaire du séisme d’Haïti c’est aussi un anniversaire médiatique…

    http://ysengrimus.wordpress.com/2011/01/12/un-an-a

    Pseudo-mobilisé, distant, cynique, amer…
    Paul Laurendeau

  • Gilbert Talbot - Inscrit 14 janvier 2011 10 h 49

    La souveraineté d'Haït est menacée.

    Demander à René Préval, Président d'Haïti et chef du Parti Initi de répudier son propre dauphin c'est ridicule. Il ne le fera pas c'est clair. Il a dejà l'intimidation, la fraude électorale, le vol des cartes à son actif. Préval est un fin renard, une couleuvre qui se faufile entre les pierres des ruines du pays. Il n'est pas neutre, loin de là, il n'est pas au dessus de la mêlée, il en fait parti et il brasse la merde pour son dauphin. Ça tout le monde le sait à Haïti et ailleurs, mais on fait comme si il était un président faible, naïf, irresponsable, un canard boiteux, comme on dit aux USA, qui servira de bouc émissaire, quand les USA décideront de prendre le pays en main.

    Plus ça va mal, plus le verdict de la tutelle internationale se rapproche , ce qui revient à dire : tutelle américaine sous la houlette de Bill Clinton. Ce qui ne serait pas nouveau pour Haïti, qui a déjà connu au cours de son histoire récente ce que veut dire être protégé par les Américains.

    L'enjeu de ces élections est donc très important. Haïti y joue sa dernière carte pour demeurer un pays souverain. Déjà, il ne l'est presque plus!

  • oscar Fortin - Inscrit 14 janvier 2011 15 h 15

    Le candidat Michel Martelly

    Je pense que M. Talbot qui connaît si bien René Préval et par lien d'alliance avec ce dernier, Jude Célestin trouvera un grand intérêt à connaître son rival Michel Martelly. Je vous recommande ainsi qu'à tous les autres cet article qui fait mieux comprendre pourquoi Washington, le Canada et la France le veulent absolument au second tour. Une manière de voir qu'il y a tutelle bien recouvert et tutelle qui est à visage découvert.

    http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3