Les Haïtiens vont aux urnes - Michel Martelly

Photo: Agence France-Presse (photo) Thony Belizaire

Michel Martelly fait rire les foules, chante et se déhanche avant d'entamer ses discours, marche sur des kilomètres pour rencontrer les Haïtiens. S'il a tout d'un homme rigolo, il est de plus en plus pris au sérieux par les électeurs, grimpant dans les sondages de plusieurs points de pourcentage cette dernière semaine.

Ce chanteur populaire qui fait dans le kompa, une musique entraînante typiquement haïtienne, est le candidat favori des jeunes. Ses rencontres avec ses partisans virent au carnaval, selon les médias locaux, puisque son groupe de musique, Sweet Micky, y présente des chansons connues des foules. Père de quatre enfants, il a étudié en construction aux États-Unis.

Sa candidature peut rappeler celle du rappeur résidant aux États-Unis Wyclef Jean, qui a été refusée par le Conseil électoral du pays au mois d'août. Sans expérience politique, ce que lui reprochent ses opposants, il a toutefois mis sur pied la Fondation Rose et Blanc, qui distribue nourriture, jouets et outils.

Michel Martelly a surtout un charisme et des idées qui plaisent au peuple haïtien. Il promet entre autres l'éducation gratuite, de l'aide aux personnes démunies et dénonce férocement la corruption à chaque prise de parole. «Haïti est un pays recelant bien trop de richesses pour être aussi pauvre! C'est le système qui est désuet et obsolète, c'est ce système qui a perdu toute sa conscience sociale, toute son efficacité, qui n'est plus en mesure de servir le citoyen, jusqu'au plus faible», écrit-il sur le site Web de Haïti Élections. Si l'élection était minée par des cas de fraudes, il incite les Haïtiens à se révolter. S'ils doivent faire la révolution pour se faire entendre, ils le feront par la révolution», a-t-il dit en conférence de presse hier, selon l'AFP. Le musicien a été le cinquième candidat à demander à ce que soient reportées les élections, en raison de l'épidémie de choléra qui frappe le pays.

***

Avec l'Agence France-Presse