Second tour brésilien - Les verts, neutres

São Paulo — Le Parti vert et sa candidate, Marina Silva, ont annoncé hier leur neutralité au second tour de l'élection présidentielle au Brésil qui opposera, le 31 octobre, Dilma Rousseff et son challenger de droite, José Serra.

Marina Silva, ancienne ministre de l'Environnement du président sortant Luis Inacio Lula da Silva, avait créé la surprise en obtenant près de 20 % des voix au premier tour le 3 octobre.

Dilma Rousseff, dauphine désignée de Lula et candidate du Parti des travailleurs, et José Serra avaient respectivement recueilli 46,9 et 32,6 % des suffrages.

Dans un premier temps, Marina Silva a expliqué, devant un congrès des verts, qu'en ne donnant pas de consigne de vote à ses électeurs, elle pouvait conserver son rôle d'arbitre sur l'échiquier politique.

«Nous devrions nous positionner en tant que médiateurs», a-t-elle suggéré à ses partisans, qui lui ont fait une ovation. L'un de ses supporters a déclaré à grand cri que cette posture ferait des verts «le parti de l'avenir».

Le Parti vert a ensuite emboîté le pas à son ex-candidate en faisant savoir qu'il ne donnerait aucune consigne de vote à son électorat.

Dilma Rousseff, ancienne directrice de cabinet de Lula, dispose de six points d'avance sur José Serra dans les intentions de vote pour le second tour, selon un sondage de l'institut Datafolha publié vendredi.

Le même institut faisait état le week-end dernier d'un écart de sept points en faveur de Dilma Rousseff.