Haïti dévasté - Les missionnaires inculpés de kidnapping

Avant le séisme, 300 000 enfants haïtiens vivaient dans des orphelinats.
Photo: Agence Reuters Eliana Aponte Avant le séisme, 300 000 enfants haïtiens vivaient dans des orphelinats.

Port-au-Prince — Les dix missionnaires américains arrêtés la semaine dernière en Haïti alors qu'ils tentaient de gagner la République dominicaine avec 33 enfants ont été inculpés de kidnapping et d'association de malfaiteurs, a annoncé hier leur avocat haïtien, Edwin Coq.

Les prévenus, des missionnaires chrétiens originaires de l'Idaho, ont été présentés hier devant un magistrat. Selon l'avocat, le juge a estimé qu'il existait suffisamment de chefs d'accusation contre eux pour les inculper. À l'issue de l'audience à huis clos, les missionnaires ont été incarcérés dans une prison de Port-au-Prince.

En vertu du système judiciaire haïtien, il n'y aura pas de procès public, a expliqué Me Coq. Un juge examinera l'affaire et rendra un verdict, ce qui pourrait prendre trois mois. Le chef d'inculpation d'enlèvement d'enfants est passible de 5 à 15 ans d'emprisonnement.

À Washington, le département d'État a pris acte des inculpations, sans les commenter. Le premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, a pour sa part regretté que cette affaire ait pris ces derniers jours le dessus dans l'esprit des Haïtiens «qui parlent davantage de dix personnes que du million d'autres qui souffrent dans les rues».

Comme pour lui donner raison, l'Unicef a estimé que le séisme du 12 janvier avait provoqué «la plus grave crise de protection des enfants jamais vue» en raison du grand nombre d'orphelins et d'enfants séparés de leurs parents.

«Les risques de traite des enfants, d'enfants vendus dans des conditions proches de l'esclavage ou d'adoption illégale sont importants», a déclaré la directrice générale adjointe du Fonds des Nations unies pour l'enfance, Hilde Johnson. Elle a rappelé que «près de 40 % des Haïtiens ont moins de 14 ans» et qu'avant le séisme, 300 000 enfants haïtiens vivaient dans des orphelinats.

Dieu

Les dix chrétiens évangéliques accusés nient s'être livrés au trafic d'enfants et affirment qu'ils tentaient seulement de venir en aide à des orphelins rescapés du séisme du 12 janvier. Certains enfants qui devaient être amenés ont depuis été réclamés par des personnes se présentant comme leurs parents.

Selon ce que la BBC a dévoilé lundi, un document trouvé sur le site Internet de l'organisme visé (New Life Children's Refuge, NLCR) indique qu'il se dédie à «secourir, aimer et prendre soins des orphelins, des enfants haïtiens et dominicains abandonnés et pauvres, à leur expliquer l'amour de Dieu et les aider à trouver le chemin de la guérison, de l'espoir et d'une nouvelle vie près du Christ».

Le document — retiré depuis — révèle que l'organisme planifiait d'acheter un terrain et de bâtir un orphelinat en République dominicaine avant que le tremblement de terre ne change les plans. La mission est ainsi devenue «de secourir les orphelins haïtiens dans les rues, dans les hôpitaux de fortune ou dans les orphelinats détruits, de les amener au refuge temporaire de NCLR», un hôtel situé en République dominicaine et «fourni par Dieu».

***

D'après l'Associated Press, l'Agence France-Presse et la BBC
2 commentaires
  • Roland Berger - Inscrit 5 février 2010 08 h 36

    Faith people dangereux

    Les faith people des États-Unis et d'ailleurs sont extrêmement dangereux. Ils croient avoir une communication directe avec leur dieu, et que ce dernier leur dit quoi faire, légalement ou autrement.
    ROland Berger
    St. Thomas, Ontario

  • Michel Gaudette - Inscrit 5 février 2010 09 h 57

    Dangereux?

    Maintenant, je défie un procureur de démontrer l'intention criminelle de ces gens devant un juge...

    Ils peuvent être maladroit, oui, mais...