Haïti dévasté - Port-au-Prince accuse

Des proches ont attaché hier des rubans noirs sur une croix blanche érigée en mémoire des disparus, à Titanyn.
Photo: Agence France-Presse (photo) Roberto Schmidt Des proches ont attaché hier des rubans noirs sur une croix blanche érigée en mémoire des disparus, à Titanyn.

Des représentants de l'ambassade des États-Unis en Haïti ont obtenu la possibilité de rendre visite aux dix détenus américains, accusés d'être impliqués dans un trafic d'enfants, a fait savoir le Département d'État hier. «On nous a accordé un accès consulaire illimité», a déclaré le porte-parole de Département d'État, Philip Crowley.

Les dix Américains, des baptistes membres d'une association caritative baptisée Le refuge pour une nouvelle vie des enfants, basée dans l'Idaho, ont été interpellés vendredi près de la frontière dominicaine, en compagnie de 33 enfants.

Le procureur de Port-au-Prince, Mazar Fortil, a annoncé que des poursuites pour «trafic d'enfants, enlèvement de mineurs et association de malfaiteurs», étaient à l'étude contre eux. «C'est le juge qui décidera s'ils seront poursuivis ici en Haïti ou aux États-Unis, en se basant sur la loi haïtienne», a ajouté la ministre de la Culture et de la Communication haïtienne, Marie Laurence Jocelyn Lassegue.

Les autorités haïtiennes ont exprimé l'espoir de régler rapidement ce dossier tout en envoyant un message fort sur le refus du gouvernement haïtien de tolérer un trafic d'enfants.

Par ailleurs, le bilan des victimes canadiennes du séisme du 12 janvier en Haïti s'est alourdi, passant à 26 morts hier, contre 21 précédemment, a annoncé le ministère des Affaires étrangères, qui a aussi fait état de plus de 100 Canadiens toujours disparus.

Depuis le séisme, plus de 5200 Canadiens ont été retrouvés en vie, 3397 ont été rapatriés au Canada.