Honduras : le bureau du Congrès étudie l'accord de sortie de crise

Tegucigalpa — Le bureau du Congrès du Honduras a été convoqué hier pour examiner l'accord censé mettre un terme à la crise politique issue d'un coup d'État perpétré il y a plus de quatre mois dans le petit d'Amérique centrale, a-t-on appris de source parlementaire.

À l'issue de cet examen, l'organe directeur de la chambre unique devrait logiquement convoquer les députés, actuellement en vacances parlementaires, pour qu'ils se prononcent sur un rétablissement dans ses fonctions du président renversé Manuel Zelaya, comme l'énonce le point numéro cinq de l'accord.

Au moins 65 députés sur 128 doivent émettre un vote favorable si Zelaya veut être rétabli dans ses fonctions, sachant qu'une majorité avait ratifié sa destitution le 28 juin.

Zelaya considère que son retour au pouvoir doit se faire avant demain, jour où le gouvernement d'union nationale qu'il présidera doit être formé, selon l'accord signé avec le gouvernement putschiste de Roberto Micheletti.

À voir en vidéo