En bref - Uruguay : le Parlement légalise l'avortement

Montevideo — Le parlement uruguayen a voté hier une loi dépénalisant l'avortement à laquelle le président Tabaré Vazquez, personnellement opposé à l'interruption volontaire de grossesse, a averti qu'il mettrait son veto, a annoncé une source parlementaire.

Le texte, adopté par les députés et au Sénat (par 17 voix sur 30), va désormais être soumis au pouvoir exécutif en vue de sa promulgation, a souligné la sénatrice représentant la coalition gouvernementale de gauche (Frente Amplio), Monica Xavier. «Que le pouvoir législatif vote une loi de cette nature marque une grande avancée, qui offre l'opportunité de commencer à solder une dette à l'égard des femmes uruguayennes en matière de droits sexuels», a ajouté Mme Xavier, médecin cardiologue de profession. Le chef de l'État a répété à plusieurs reprises qu'il mettrait son veto à la légalisation de l'avortement. Dans ce cas, les deux chambres du Congrès devront se réunir à nouveau et se prononcer à une majorité des trois cinquièmes en faveur du texte pour contrecarrer l'opposition de l'exécutif.