Ike poursuit sa course dévastatrice - État d'alerte maximum à Cuba

Des citoyens de Baracoa, à Cuba, tentent de se frayer un chemin à travers les débris qui jonchent le sol après le passage de l’ouragan Ike.
Photo: Agence France-Presse (photo) Des citoyens de Baracoa, à Cuba, tentent de se frayer un chemin à travers les débris qui jonchent le sol après le passage de l’ouragan Ike.

La Havane — Après avoir provoqué la mort de 61 personnes en Haïti et causé des dégâts aux Bahamas, l'ouragan Ike poursuivait sa progression dévastatrice hier en touchant Cuba, dont la capitale, placée en état d'alerte maximale, a dû évacuer près de deux millions de personnes.

Treize des quatorze provinces de cette île de 11 millions d'habitants étaient en état d'alerte maximum devant l'avancée d'Ike en direction du Golfe du Mexique et du sud-est des États-Unis.

Seules la province occidentale de Pinar del Rio et l'île de la Jeunesse, encore sous le choc par les dévastations causées la semaine dernière par le passage d'un autre ouragan, Gustav, observaient la phase dite de vigilance.

Ouragan de catégorie deux sur cinq sur l'échelle Saffir-Simpson avec des vents qui soufflaient à 160 km/h, Ike menaçait de regagner la puissance qu'il avait perdue lors de son entrée sur le sol cubain hier avant l'aube dans la province orientale d'Holguin, qui a subi des dégâts très importants, selon le Centre de météorologie de Cuba (Insmet).

La partie la plus active de l'ouragan a quitté la terre ferme au sud de la province centrale de Ciego de Avila (420 km au sud-est de La Havane) et «risquait de s'intensifier avec la chaleur de la mer» avant de toucher à nouveau terre ce matin dans l'ouest, a prévenu le directeur de l'Insmet, José Rubiera, ajoutant que jamais Cuba n'avait vu deux ouragans frapper ses côtes en seulement huit jours, en référence à Ike et Gustav.

Selon sa trajectoire prévue par les météorologues mais qui pourrait encore changer, Ike devrait quitter l'île aujourd'hui en fin de journée dans sa partie occidentale, dans les environs de La Havane, et menacer ensuite le golfe du Mexique, où se concentre le quart de la production américaine de pétrole.

Plusieurs compagnies pétrolières, dont les britanniques Shell et BP et la française Total, ont annoncé leur intention de procéder à partir de demain à l'évacuation du personnel des plateformes offshore du golfe du Mexique où la production d'or noir ne s'est pas encore remise du passage de Gustav.

États-Unis

Ike pourrait toucher les îles américaines Keys (Floride), qui ont été placées en état d'alerte à la tempête tropicale, entre aujourd'hui et demain, avant de poursuivre sa progression vers le Texas et la Louisiane, selon des prévisions du Centre américain des ouragans (NHC), basé à Miami.

À Cuba, sur les quelque 1,9 million de personnes évacuées figurent 10 000 touristes étrangers, selon la Défense civile.

Dans la province orientale d'Holguin, la «situation était dramatique» avec des poteaux électriques couchés par les vents, des arbres et des toits arrachés, des habitations inondées et une importante mine de nickel endommagée, selon un correspondant sur place de la télévision cubaine.

Des vagues de sept mètres ont frappé les côtes orientales, endommageant ou détruisant des centaines d'habitations, selon la Défense civile qui a annoncé sept blessés mais aucun mort.

«J'ai 59 ans, j'ai vu bien des cyclones, mais jamais qui ont causé une telle destruction», a déclaré par téléphone à la télévision un habitant de Camaguey (530 km au sud-est de La Havane).

À La Havane, des habitants se préparaient à l'arrivée d'Ike en installant des panneaux de bois sur les fenêtres de leur maison. Aucune évacuation n'a été rapportée jusqu'à maintenant dans la capitale de deux millions d'habitants dont les rues étaient quasi désertes hier.

En Haïti, les fortes pluies provoquées par le passage d'Ike au large de ce pays ont causé 61 morts, dont 57 dans le seul village de Cabaret (nord), balayé par des trombes d'eau dans la nuit de samedi hier, selon un bilan officiel.

Dans ce pays pauvre, plus de 580 personnes sont mortes et des milliers se sont retrouvées sans abri, parfois sans eau potable ni nourriture, par le passage en trois semaines de trois dépressions majeures, Fay, Gustav puis Hanna.

Avant de frapper Cuba, Ike s'était abattu sur l'île de Great Inagua, comptant un millier d'habitants au sud-est des Bahamas, avec la force d'un ouragan de catégorie 4, causant de nombreux dégâts, mais ne faisant pas de victimes.

À voir en vidéo