L’ouragan Ike s’abat sur Cuba après avoir frappé Haïti et les Bahamas

Les Cubains faisaient la queue devant les épiceries, hier à La Havane, en vue de l’arrivée de l’ouragan Ike, qui menaçait tout l’est de l’île.
Photo: Agence Reuters Les Cubains faisaient la queue devant les épiceries, hier à La Havane, en vue de l’arrivée de l’ouragan Ike, qui menaçait tout l’est de l’île.

La Havane — Après avoir frappé Haïti et les Bahamas, l’ouragan Ike s’est abattu hier sur Cuba, où les autorités ont annoncé l’évacuation de plus d’un million de personnes par mesure de précaution.

Porté par des vents à 195km/h et accompagné de pluies diluviennes, Ike a atteint les terres près de Punta Lecrecia, dans l’État de Holguin, à 820 km au sud-est de La Havane, a fait savoir l’institut de météorologie cubain.

La télévision cubaine a montré des images de vagues immenses s’abattant sur la côte avant d’inonder les rues de la ville de Baracoa, près de la pointe est de l’île.

Bien qu’il ait légèrement faibli et ait été rétrogradé en catégorie 3, Ike reste considéré comme un ouragan «majeur», susceptible de provoquer de terribles destructions, a souligné le centre américain de veille cyclonique (USNHC).

L’ouragan a semé la terreur hier en Haïti, où les autorités ont fait état d’au moins 47 morts, dont 13 enfants, à Cabaret, un village situé au nord de la capitale Port-au-Prince. «Tout le village est inondé», a déclaré le responsable de la protection civile.

Haïti avait déjà été durement frappé ces derniers jours par le passage de la dépression Hanna, qui avait fait 500 morts dans la ville portuaire des Gonaïves, une nouvelle fois touchée hier.

«Les Gonaïves sont une ville isolée et dévastée», a déclaré le maire Stephen Moise. «Nous ne pourrons supporter le passage d’un autre ouragan.»

Les industries du nickel et du sucre menacées
En République dominicaine voisine, un homme de 60 ans a été tué par la chute d’un arbre et quelque 41 000 personnes ont été chassées de leurs domiciles par les pluies diluviennes et les vents violents.

Après son passage sur Cuba, ∏ pourrait, comme Gustav la semaine dernière, entrer dans le golfe du Mexique où quelque 4 000 plates-formes produisent un quart du pétrole et 15% du gaz américains, et s’abattre sur la côte non loin de La Nouvelle-Orléans, dévastée par Katrina en 2005.

Dans le sud de la Floride, la région fortement peuplée de Miami-Fort Lauderdale semble de moins en moins exposée au passage d’Ike, mais les visiteurs de l’archipel des Cayes (Florida Keys) ont été invités à quitter cette zone vulnérable dès samedi.

À Cuba, où l’on s’attend à 48 heures de tempête, Ike devrait affecter une large majorité des 11 millions d’habitants.

Les autorités ont utilisé des bus, des camions et tous les modes de transport possibles pour évacuer des milliers de touristes séjournant dans les stations balnéaires de l’île vers l’intérieur des terres. Plus d’un million de Cubains ont également été évacués des zones les plus dangereuses, où la population récupère à peine du passage de Gustav.

L’arrivée d’Ike sur les terres a eu lieu dans la province de Holguin, bastion de l’industrie du nickel, principale exportation de Cuba. L’ouragan devrait ensuite se diriger vers l’ouest et frapper de plein fouet l’industrie sucrière.

Sur son passage, Ike a aussi dévasté les îles situées dans l’est de l’archipel britannique des Turques-et-Caïques, endommageant 80 % des maisons de Grand-Turque, où vivent 2 500 personnes, a déclaré le porte-parole du gouvernement Courtney Robinson.

À voir en vidéo