En photo: Rigoberta Menchu plonge

Photo: Agence Reuters

Rigoberta Menchu a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle au Guatemala et s'alliera avec un parti de centre-gauche, Rencontre avec le Guatemala (EG), tout en s'appuyant sur le parti qu'elle est en train de former, Winaq.

Si elle remporte le scrutin de septembre 2007, elle deviendra la première Indienne et la cinquième femme présidente en Amérique latine, après l'Argentine Isabela Peron, la Nicaraguayenne Violetta Chamorro, la Panaméenne Mireya Moscoso et la Chilienne Michele Bachelet. Elle est devenue une icône internationale pour la défense des peuples indigènes grâce à son prix Nobel de la paix, obtenu en 1992. Jusque-là, elle avait refusé d'entrer dans l'arène politique, se contentant d'un poste d'ambassadeur des accords de paix au sein du gouvernement du président conservateur Oscar Berger. Très jeune, Rigoberta Menchu s'est lancée corps et âme dans la lutte pour les droits des Indiens (60 % des 11 millions d'habitants du Guatemala), qui vivent dans l'ombre de la minorité d'origine européenne détentrice du pouvoir économique et politique.

À voir en vidéo