Cuba récuse la théorie du cancer

La Havane — Fidel Castro ne souffre pas de cancer ou de maladie en phase terminale, ont assuré des responsables cubains à une délégation de parlementaires américains en déplacement à Cuba.

«Tous les responsables nous ont dit que sa maladie n'est pas un cancer, ni une phase terminale, et qu'il sera de retour», a expliqué hier un des membres de la délégation, le député républicain de l'Arizona Jeff Blake. Les autorités cubaines, a-t-il ajouté, n'ont pas fourni de plus amples précisions sur l'état de santé du dirigeant cubain, âgé de 80 ans.

D'après les autorités cubaines, Fidel Castro est en train de se rétablir. Mais selon des responsables américains, il souffrirait d'un cancer incurable et ne devrait pas survivre au-delà de l'année 2007.

Le «Lider Maximo» n'a pas été vu en public depuis son opération fin juillet, officiellement destinée à stopper une hémorragie intestinale. Il a délégué «temporairement» ses pouvoirs à son frère Raul, pour la première fois depuis 1959.

La délégation parlementaire américaine bi-partite a conclu par ailleurs sa visite de trois jours à Cuba en se prononçant en faveur d'une «réponse positive» à l'offre de dialogue de Raul Castro, chef de l'État par intérim.

«Nous croyons unanimement que les États-Unis devraient répondre positivement à la proposition de Raul Castro dans son discours du 2 décembre», a déclaré le républicain Jeff Flake, lisant une déclaration commune en conférence de presse.

Les législateurs reconnaissent que «les États-Unis ont d'importants intérêts à Cuba et de fortes divergences avec le gouvernement cubain», a-t-il ajouté.