Appel à la fronde en Bolivie

La Paz — Les gouverneurs de six régions de Bolivie sur neuf ont lancé hier une fronde contre le président socialiste Evo Morales, annonçant l'organisation d'un grand rassemblement au nom de «la défense de la démocratie» contre le gouvernement bolivien.

Dans un appel publié en commun, les gouverneurs des régions de Santa Cruz, poumon économique du pays, ainsi que ceux de Beni, de La Paz, de Cochabamba, de Pando et de Tarija, rejettent le règlement que le président bolivien souhaite imposer au sein de l'Assemblée constituante, destinée à entériner ses réformes radicales.

Les gouverneurs réclament au gouvernement de reconnaître que la nouvelle Constitution doit être approuvée par une majorité des deux tiers. Le président bolivien dont le parti, le Mouvement vers le socialisme (MAS), ne possède que la majorité simple à l'Assemblée constituante, souhaite revenir sur la majorité des deux tiers, prévue dans la loi créant cette Assemblée.

Les dirigeants régionaux dénoncent l'attitude du président bolivien qui, selon eux, «porte le sceau de la prépotence politique, le mépris des lois de la République et un profond sentiment anti-démocratique».

L'appel des gouverneurs régionaux s'achève par un appel pour la tenue «en urgence» à Cochabamba d'un «grand rassemblement national de la Bolivie démocratique».

Sept députés d'Unité Nationale, une formation de centre droit, ont déjà commencé une grève de la faim à Sucre, où se tient l'Assemblée constituante, dans le but de faire plier le gouvernement.