À Madagascar, le cyclone «Batsirai» fait dix morts et des dizaines de milliers de déplacés

Un homme est assis au milieu d’arbres déracinés par les vents et tombés dans un parc public à Antsirabe, en plein cœur de l’île.
Photo: Rijasolo Agence France-Presse Un homme est assis au milieu d’arbres déracinés par les vents et tombés dans un parc public à Antsirabe, en plein cœur de l’île.

Le cyclone tropical Batsirai a fait au moins 10 morts à Madagascar dans la nuit de samedi à dimanche, et contraint près de 50 000 personnes à quitter leur foyer devant les risques d’inondation, selon les autorités.

Batsirai s’est affaibli pendant la nuit, après avoir en partie ravagé l’île, l’un des pays les plus pauvres du monde, déjà frappé par une tempête tropicale meurtrière en janvier, Ana, et balayé depuis vendredi par le vent et une pluie continue.

Un responsable du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes à Madagascar, Paolo Emilio Raholinarivo, a indiqué qu’au moins 10 personnes avaient péri et que près de 48 000 avaient été déplacées par les intempéries, selon un bilan provisoire.

Selon Météo-Madagascar, Batsirai devrait « ressortir en mer dans le canal de Mozambique au niveau de la partie nord d’Atsimo Andrefana dans l’après-midi [de dimanche] ou la nuit prochaine », après avoir causé des inondations à travers le pays, détruit des bâtiments et arraché des arbres.

Batsirai avait touché terre samedi soir sous la forme d’un « cyclone tropical intense », avec des vents de 165 km/h, selon Faly Aritiana Fabien, du Bureau national de gestion des risques.

Dimanche, le cyclone s’était affaibli, avec des vents de 80 km/h en moyenne et des rafales à 110 km/h — nettement moins que les pointes à 235 km/h enregistrées samedi soir, selon Météo-Madagascar.

Les habitants s’étaient préparés à faire face avec les moyens dont ils disposent, se réfugiant dans des bâtiments en dur ou lestant leurs toits avec des sacs de sable.

Cimetière balayé par les vagues

Dans la ville de Mahanoro (est), surplombant la mer, Marie Viviane Rasoanandrasana, assise à même le sol, déplorait dimanche les dégâts causés par le cyclone dans le cimetière municipal où reposent son mari, son beau-père et sa fille.

Les vagues ont emporté une partie du cimetière, déterrant à leurs passages plusieurs corps, dont ceux de sa famille.

« Nous sommes tristes […] Nous avons déjà eu des dégâts à la maison à cause du cyclone. Maintenant ça ! » a déploré cette veuve de 54 ans. « Il y a quelques jours, la mer était loin, mais ce matin, on m’a dit qu’elle avait emporté une partie du cimetière. »

« La vie quotidienne est déjà très dure », a-t-elle poursuivi, précisant que les dépouilles seraient placées dans des tombes temporaires jusqu’à ce que sa famille réunisse assez d’argent pour des « sépultures correctes ».

À Mananjary, épicentre du cyclone lorsqu’il a frappé l’île, les habitants contemplent leur ville ravagée. « Mananjary est complètement détruite. Où que vous alliez, tout est détruit », a constaté Faby, un habitant.

Un autre homme, Fana, estime que « près de 95 % de la ville a été détruite. Nous supplions le gouvernement de venir nous aider dès que possible ».

Dans les terres, à Antsirabe, le vent a fait tomber de grands arbres du parc public de la ville.

Réchauffement climatique

Lorsque la tempête Ana avait frappé Madagascar fin janvier, près d’une soixantaine de personnes avaient péri, essentiellement dans la capitale Antananarivo. Des dizaines d’autres personnes avaient été tuées au Malawi, au Mozambique et au Zimbabwe, également touchés par Ana.

Le Programme alimentaire mondial a dit craindre « une crise majeure » dans l’ancienne colonie française.

Sur l’île française de la Réunion, au large de laquelle Batsirai est passé il y a trois jours, près de 10 000 personnes restaient sans électricité dimanche soir, selon le gestionnaire du réseau électrique Enedis. Le cyclone y a fait 12 blessés, et jusqu’à 145 000 personnes au total avaient été privées d’électricité.

Chaque année durant la saison cyclonique (de novembre à avril), une dizaine de tempêtes ou cyclones traversent le sud-ouest de l’océan Indien, d’est en ouest, faisant souvent des victimes et causant d’importants dommages, à Madagascar et ailleurs.

En 2018, le pays avait déjà subi deux tempêtes meurtrières à la suite : le cyclone Ava avait tué 51 personnes en janvier, et Eliakim avait fait 20 morts deux mois plus tard. Et en 2017, le cyclone Enawo avait fait au moins 78 morts.

Le réchauffement climatique provoque déjà des tempêtes tropicales et des inondations plus intenses, l’atmosphère étant plus humide et la saison des pluies perturbée — le sud de Madagascar subissait jusqu’ici la pire sécheresse depuis plusieurs décennies.

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a déclaré dimanche, à un sommet de l’Union africaine à Addis Abeba, en Éthiopie, que le continent subissait « les pires conséquences de phénomènes associés au réchauffement climatique, comme les sécheresses, les inondations et les cyclones ».

« Bien que n’étant pas responsables du changement climatique, ce sont les Africains qui sont les premiers touchés et en paient le prix », a-t-il ajouté.

À voir en vidéo