Un incendie ravage l’édifice du parlement d’Afrique du Sud au Cap

Une partie du toit du bâtiment se serait effondrée en raison du brasier.
Photo: Obed Zilwa Agence France-Presse Une partie du toit du bâtiment se serait effondrée en raison du brasier.

Les pompiers ont combattu un incendie majeur qui s’est déclaré dimanche dans l’édifice où siège le parlement d’Afrique du Sud au Cap. Les flammes et une haute fumée noire s’échappant de l’immeuble pouvaient être vues à bonne distance du centre de la capitale.

Une partie du toit du bâtiment se serait effondrée en raison du brasier. D’après le témoignage de la ministre des Travaux publics et des Infrastructures, Patricia de Lille, le feu aurait pris naissance au troisième étage d’une vieille partie accueillant des bureaux, puis se serait propagé à la section accueillant l’Assemblée nationale.

« Le feu a atteint la chambre de l’Assemblée nationale, a décrit la ministre De Lille aux journalistes présents. C’est un triste jour pour la démocratie, car ce parlement est la maison de notre démocratie. »

Le porte-parole du service d’incendie du Cap, Jermaine Carelse, a déclaré que personne n’avait été rapporté blessé. Le parlement était fermé en raison du congé des fêtes.

Ce sont les gardiens de sécurité qui ont rapporté l’incendie, vers 6 h, a indiqué M. Carelse. Une brigade de 35 sapeurs a été dépêchée sur place pour combattre les flammes. Des pompiers ont été hissés sur des grues pour arroser le toit du bâtiment.

Plus de six heures après le début du drame, les pompiers étaient toujours au front.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a été informé du sinistre, a confirmé la ministre De Lille. Elle a ajouté qu’il était trop tôt pour spéculer au sujet d’une cause possible, mais que les autorités consultaient des images de caméras de sécurité pour tenter d’en apprendre davantage.

Le président Ramaphosa et un grand nombre de hauts dirigeants politiques du pays étaient réunis au Cap, ce week-end, pour assister aux funérailles de l’archevêque Desmond Tutu qui ont eu lieu samedi à la cathédrale Saint-Georges.

Le complexe gouvernemental est composé de trois sections, le parlement d’origine construit au 19e siècle et deux sections plus récentes érigées au 20e siècle.

Selon le récit de la ministre De Lille, les flammes étaient d’abord contenues dans le vieux bâtiment, situé à l’arrière de l’Assemblée nationale, avant de se propager.

Les autorités craignaient que d’autres parties du complexe soient affectées en raison de la chaleur intense des flammes qui auraient pu entraîner des effondrements.

À voir en vidéo