À cause de la COVID-19, le système de santé de la Tunisie s’est «effondré»

Il est désormais difficile de trouver un lit disponible ou d’avoir la quantité nécessaire d’oxygène dans les hôpitaux du pays.
Photo: Fethi Belaid Agence France-Presse Il est désormais difficile de trouver un lit disponible ou d’avoir la quantité nécessaire d’oxygène dans les hôpitaux du pays.

La situation sanitaire est « catastrophique » en Tunisie, qui enregistre ces dernières semaines un nombre record de contaminations à la COVID-19, a annoncé jeudi la porte-parole du ministère de la Santé, évoquant l’« effondrement » du système sanitaire.

« La situation sanitaire actuelle est catastrophique […] le taux des cas a augmenté énormément. Le système sanitaire s’est malheureusement effondré », a déclaré Nissaf Ben Alya lors d’un entretien accordé à une radio tunisienne.

Selon Mme Ben Alya, il est désormais difficile de trouver un lit disponible ou d’avoir la quantité nécessaire d’oxygène dans les hôpitaux du pays.

« Si nous n’unissons pas nos efforts, la catastrophe [sanitaire] va empirer », a-t-elle mis en garde.

Les hôpitaux en Tunisie connaissent depuis deux semaines un important afflux de patients à cause d’une vague de propagation de la COVID-19 atteignant des niveaux inédits.

Mardi, la Tunisie a enregistré 9823 cas et 134 décès en une journée, des chiffres jamais atteints depuis mars 2020. Au total, le pays a connu 464 914 cas et 15 735 décès, pour environ 12 millions d’habitants.

Sur les réseaux sociaux, des images circulent, montrant des patients à même le sol dans des hôpitaux débordés dans la capitale ou dans des régions pauvres, comme Kairouan (centre).

Les hôpitaux de campagne mis en place ces derniers mois ne suffisent plus : 92 % des lits de réanimation dans le réseau public sont actuellement occupés et ceux de la capitale sont pleins, selon les chiffres du ministère de la Santé, publiés sur sa page Facebook officielle.

Confinements et couvre-feu

Face à la situation, la Libye voisine a décidé jeudi de fermer ses frontières et de suspendre les vols avec la Tunisie pour une semaine, a affirmé un porte-parole du gouvernement libyen.

Les autorités tunisiennes ont, elles, ordonné le confinement de la population dans six gouvernorats où le taux de propagation du coronavirus est particulièrement élevé, dont Tunis et sa banlieue.

Le gouvernement a prolongé jeudi jusqu’au 31 juillet le confinement et le couvre-feu nocturne dans ces six gouvernorats et annoncé l’interdiction des déplacements entre les régions, selon un communiqué gouvernemental.

La campagne de vaccination dans le pays garde un rythme lent, juge des observateurs. Sur plus trois millions de personnes inscrites pour se faire vacciner, seulement 608 332 ont reçu les deux doses.

À voir en vidéo