Célébrations au Soudan après un accord de transition entre militaires et contestataires

Les manifestants soudanais célèbrent dans les rues de Khartoum après que des généraux au pouvoir et des responsables de la protestation aient annoncé qu'ils étaient parvenus à un accord.
Photo: Ashraf Shazly Agence France-Presse Les manifestants soudanais célèbrent dans les rues de Khartoum après que des généraux au pouvoir et des responsables de la protestation aient annoncé qu'ils étaient parvenus à un accord.

Un nouveau souffle d’espoir a envahi les rues de Khartoum vendredi après un accord entre le pouvoir et la contestation sur une instance de transition, premier signe de sortie de crise après des mois de tensions au Soudan.

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues de la capitale, laissant éclater leur joie et clamant que « le sang des martyrs n’a pas coulé pour rien », en référence aux victimes de la répression des manifestations.

Après deux nuits de négociations, le Conseil militaire, au pouvoir depuis la destitution du président Omar el-Béchir le 11 avril, et les meneurs du mouvement de protestation se sont accordés sur une présidence alternée pour la future instance appelée à diriger la transition pendant trois ans. C’était le principal point de discorde qui avait abouti à la suspension des discussions en mai.

La tension s’était accrue avec la dispersion le 3 juin d’un sit-in devant le siège de l’armée à Khartoum, un drame qui a fait des dizaines de morts parmi les manifestants et provoqué un tollé international. « Nous avons traversé une phase difficile. Nous avons souvent eu le sentiment que notre révolution avait été détournée, mais aujourd’hui nous pouvons célébrer notre victoire », s’est félicité Mohamed Hussein. Aucun membre des forces de sécurité ou des paramilitaires des redoutées Forces de soutien rapide (RSF), n’était présent pendant ces défilés.

« Trop de jeunes sont morts. Les militaires doivent donner le pouvoir aux civils maintenant », estime Fatma, 50 ans, qui gagne sa vie en vendant de la nourriture et du thé aux abords d’une mosquée d’Omdourman, ville voisine de Khartoum.

« Révolution victorieuse »

Sur les réseaux sociaux, beaucoup disaient ne pas faire confiance aux militaires. « Ce n’est pas fini, mais les règles du jeu ont changé. On doit être malin maintenant », a dit un internaute sur Twitter.

C’est grâce à des médiateurs éthiopiens et de l’Union africaine (UA) que les parties ont repris le dialogue mercredi. « Les deux camps se sont mis d’accord sur l’instauration d’un Conseil souverain, avec une alternance entre les militaires et les civils, pour une période de trois ans ou un peu plus », a dit le médiateur de l’UA, Mohamed El-Hacen Lebatt, lors d’une conférence de presse.

Les militaires vont d’abord présider la transition pendant 21 mois et les civils prendront la relève durant 18 mois, pour une période totale de trois ans et trois mois, selon l’Association des professionnels soudanais (SPA), actrice majeure de la contestation. Le Conseil souverain sera composé de cinq militaires et de six civils, dont cinq issus de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC).

En conférence de presse, des leaders de l’ALC ont assuré que l’accord final, qui va être rédigé par un comité d’experts, pourrait être signé la semaine prochaine, lors d’une cérémonie à laquelle seront conviés des chefs d’État.

Ils ont également indiqué que la liste des candidats de l’ALC pour le Conseil souverain et le poste de premier ministre était prête à être dévoilée la semaine prochaine.

Après trois décennies d’un pouvoir autoritaire dans un pays déchiré par la guerre civile, Amnesty International espère que l’accord marquera un pas vers « la fin des crimes horribles » perpétrés contre le peuple soudanais.