Soudan du Sud: des récits à glacer le sang

Une représentante de Human Rights Watch en Afrique, Jehanne Henry, a indiqué que ces rapports «contiennent des preuves que les soldats continuent à tuer, violer et détruire la propriété».
Photo: Stefanie Glinski Agence France-Presse Une représentante de Human Rights Watch en Afrique, Jehanne Henry, a indiqué que ces rapports «contiennent des preuves que les soldats continuent à tuer, violer et détruire la propriété».

Les récits des atrocités glacent le sang. Une jeune fille étranglée et victime d’un viol collectif. Des enfants enfermés dans une hutte et brûlés vifs par des soldats du gouvernement.

Ces atrocités et d’autres sont dévoilées dans 14 rapports vus par l’Associated Press, mais qui n’ont pas encore été publiés par l’organisme indépendant chargé de surveiller le cessez-le-feu inutile imposé en décembre au Soudan du Sud, un pays déchiré par la guerre civile depuis maintenant cinq ans.

14
rapports encore non publiés dévoilent les atrocités perpétrées dans le Soudan du Sud

Les rapports auraient dû être publiés le mois dernier lors d’une réunion dirigée par la Commission paritaire de contrôle et d’évaluation, mais le gouvernement du Soudan du Sud n’y a pas participé, privant la réunion du quorum nécessaire pour que les récits de ces violences soient rendus publics.

Une représentante de Human Rights Watch en Afrique, Jehanne Henry, a indiqué que ces rapports « contiennent des preuves que les soldats continuent à tuer, violer et détruire la propriété ». La décision de garder secrets ces crimes atroces qui se poursuivent envoie le mauvais message, a-t-elle ajouté.

Seulement cinq de ces rapports ont été publiés cette année.

L’Union africaine et le bloc régional de l’Afrique de l’Est qui assure la médiation des pourparlers de paix au Soudan du Sud devraient agir, a déclaré Edmund Yakani, le directeur général du groupe local Community Empowerment for Progress Organization. « Le silence sur les violations ne fait qu’encourager de nouvelles violations », a-t-il déclaré.

Les participants à la réunion ont dit que des copies des rapports sur les atrocités ont été distribuées aux diplomates des États-Unis, des Nations unies, du Royaume-Uni et d’ailleurs, mais aucun ne les a dévoilés publiquement.