Premières élections municipales libres en Tunisie

Tunis — Cinq millions de Tunisiens s’apprêtent à élire dimanche les conseils municipaux du pays, lors du premier scrutin local libre, attendu de longue date pour enraciner la démocratie dans le seul pays rescapé du Printemps arabe. Les observateurs s’attendent cependant à une forte abstention alors que, sept ans après la révolution qui avait suscité de nombreux espoirs, beaucoup de Tunisiens se disent démobilisés face à l’inflation, au chômage persistant et aux arrangements entre partis qui ont entravé le débat démocratique à l’échelon national. Selon les observateurs, les deux poids lourds de la vie politique, Ennahdha, une formation islamiste, et Nidaa Tounès, le parti fondé par le président Béji Caïd Essebsi, les seuls à avoir présenté des listes dans l’ensemble des villes, pourraient l’emporter dans une bonne partie des municipalités.