Le Maroc va mettre fin à la gratuité de l’enseignement supérieur

Rabat — Le gouvernement marocain va prochainement adopter une loi instaurant des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur public, ont rapporté vendredi des médias. Interrogé par l’AFP, un haut responsable du ministère de l’Éducation ayant requis l’anonymat a indiqué que des « frais d’inscription seront instaurés dans certaines branches de l’enseignement supérieur public », assurant toutefois que « l’enseignement primaire et secondaire n’est pas concerné ». Les universités marocaines ont vu leur effectif passer de 780 000 étudiants l’an passé à quelque 900 000 étudiants cette année, dont plusieurs milliers d’étudiants ouest-africains. L’État consacre 25 % de son budget à l’enseignement. Mais les résultats ne sont pas à la hauteur des investissements : le Maroc fait partie des 25 pays les moins avancés du point de vue de la scolarisation, selon l’UNESCO, accusant un taux d’analphabétisme d’environ 30 %.