Le généreux plan de retraite de Mugabe

Robert Mugabe a démissionné le mois dernier sous la pression populaire et à la suite d’un coup de force militaire.
Photo: Jekesai Njikizana Agence France-Presse Robert Mugabe a démissionné le mois dernier sous la pression populaire et à la suite d’un coup de force militaire.

Harare — Le président déchu du Zimbabwe Robert Mugabe va bénéficier d’un logement, d’une flotte de voitures et de voyages en avion privé, conformément à un nouveau plan de retraite financé par le gouvernement et destiné aux anciens dirigeants, a révélé jeudi la presse officielle.

M. Mugabe disposera également d’une équipe d’au moins vingt salariés, dont six gardes du corps, tous rémunérés sur les deniers publics, selon le journal The Herald.

L’ex-président Mugabe, âgé de 93 ans et qui a démissionné le mois dernier sous la pression populaire et à la suite d’un coup de force militaire, sera donc le premier bénéficiaire de ces généreuses mesures annoncées mercredi par le nouveau président Emmerson Mnangagwa.

Aucun montant n’a été révélé, mais la Constitution du pays stipule qu’un ancien président peut percevoir une retraite équivalente au salaire d’un président en exercice.

Le mois dernier, un média local indépendant affirmait que M. Mugabe avait été gratifié d’une indemnité de départ de 10 millions $US, un argument de plus pour le convaincre de démissionner. Le gouvernement a toutefois démenti l’information.

M. Mugabe disposera de trois véhicules — une Mercedes Benz S500 ou une berline équivalente, un véhicule tout-terrain et un pick-up — à remplacer tous les cinq ans. Le carburant sera également aux frais du gouvernement.

Grace n’est pas en reste

Tout comme son épouse, Grace, l’ancien président va bénéficier d’un passeport diplomatique, de quatre voyages par an en première classe en avion ou train sur le territoire national, ainsi que de quatre voyages à l’étranger en jet privé.

M. Mugabe se verra aussi attribuer une résidence officielle meublée dans le quartier de son choix à Harare, à laquelle s’ajouteront les factures et des dépenses récréatives.

Une couverture santé pour l’ancien dirigeant, son épouse et les personnes à leur charge est également incluse dans la liste des avantages.

À la suite d’un coup de force militaire et de manifestations de rue, M. Mugabe a été contraint à la démission le 21 novembre après 37 ans de pouvoir autoritaire.

Sa chute a été provoquée par la soif de pouvoir de son épouse, 52 ans, qui voulait le remplacer à la présidence, ce que n’acceptait pas la vieille garde du parti au pouvoir, la Zanu-PF, et l’armée.

C’est son ancien bras droit Emmerson Mnangagwa, que Mugabe avait évincé au profit de Grace, qui l’a remplacé.


L’auteur du coup de force nommé vice-président

Harare — L’ancien chef de l’armée zimbabwéenne qui a dirigé le coup de force contre Mugabe est officiellement devenu jeudi l’un des deux vice-présidents du pays. Le général à la retraite Constantino Chiwenga, 61 ans, a prêté serment lors d’une cérémonie à la présidence à Harare, jurant d’« observer, de faire respecter et de défendre la Constitution ». « Je remplirai mes devoirs avec toute mon énergie et dans toute la mesure de mes connaissances et compétences », a ajouté l’ancien militaire vêtu d’un costume noir. Un second vice-président a également prêté serment jeudi, l’ancien ministre de la Sécurité intérieure sous M. Mugabe, Kembo Mohadi. MM. Mohadi et Chiwenga avaient été nommés la semaine dernière vice-présidents du parti au pouvoir, la ZANU-PF, et l’on s’attendait à ce qu’ils accèdent également à la vice-présidence de l’État.